La fin des obligations ?

Y a-t-il un avenir à être investi en obligations. Les responsables de PIMCO, le plus gros gestionnaire obligataire au monde, en doutent. Pour être plus précis, ils doutent de la poursuite du rally obligataire des 30 dernières années, ce qui semble logique avec des rendements de 2-3%. La firme cherche des poches de rendement dans d’autres classes d’actifs, comme le relate l’agence Bloomberg. Les actions font partie de ces nouvelles sources de profit, mais comme l’explique Bloomberg, PIMCO s’est déjà brûlé les doigts dans cette classe d’actifs. Le fait de se lancer dans ce type d’activité dans une période où les marché sont particulièrement volatils constitue donc un pari pour le moins risqué.

Pour mieux connaître la vision du monde de PIMCO, on peut lire cette note de Mohamed El-Erian, le directeur des investissements de PIMCO – elle synthétise les discussions de la société sur les tendances de long terme de l’économie et des opportunités en matière d’investissement. Un document qui vaut la peine d’être lu.