Moody’s menacée par… S&P

Règlement de compte dans le monde feutré des agences de notation ? Standard & Poor’s, leader mondial de la notation financière, a annoncé mardi soir placer sous surveillance avec implication négative la note de Moody’s, numéro deux du secteur.

« Nous pensons que la mise en place d’une nouvelle législation aux Etats-Unis représente un risque pour le profil de Moody’s qui pourrait peser sur ses marges et accroître les coûts de litiges pour les agences de notation. »

Un raisonnement que S&P ne s’auto-applique pas. Le leader mondial, filiale du canadien McGraw-Hill, attend peut-être que Moody’s lui fasse cet honneur.

A noter que Moody’s est coté en Bourse, alors que S&P ne l’est pas, ce qui lui permet de mieux dissimuler le niveau plantureux des marges que génère cette activité, pourtant fortement critiqué pour son rôle procyclique dans les mouvements de hausse ou de baisse des marchés financiers – le dernier exemple de la Grèce, où les deux agences se sont illustrées, est là pour le rappeler.

L’argument de S&P va en tout cas profiter aux nombreux hedge funds qui vendent à découvert l’action Moody’s. On notera  également que Warren Buffett, un important actionnaire de Moody’s, a commencé à vendre sa position peu après l’éclatement de la crise financière. Pour un argumentaire très critique sur les agences de notation (à la mode en ce moment), on peut lire le point de vue de David Einhorn, patron de la société de gestion Greenlight Capital.

Une pensée sur “Moody’s menacée par… S&P”

Les commentaires sont fermés.