12.115 milliards d’euros

C’est le montant du patrimoine économique national en 2009, selon l’INSEE. Pour la deuxième année consécutive, il a baissé l’an dernier, de 1,8%, après un recul de 3,2% en 2008. Mais au sein de cette masse, qui représente 7,4 années de PIB, la part des ménages (9.275 milliards d’euros) s’est stabilisée (+0,9%), la remontée de la Bourse compensant le recul du patrimoine non financier, composé principalement d’immobilier.

Rappelons que le patrimoine économique est la différence entre la valeur des actifs (biens physiques, titres financiers détenus) et la valeur des passifs (dépôts, crédits, titres financiers). Cette notion permet donc, comme le soulignent certains économistes, de relativiser le débat sur la dette publique française. Ce « problème » est plus un problème de mauvaise gestion des deniers de l’Etat au fil du temps et de non refonte du système fiscal. C’est aussi une question de compétitivité de l’économie au fil du temps et de capacité à générer suffisamment d’épargne pour financer la croissance future.