Haircuts

En jargon boursier, il s’agit des décotes à prendre sur les dettes portées par les banques, donc potentiellement les pertes en capital que ces dernières pourraient subir dans le cadre d’une simulation destinée à estimer la solidité du système bancaire européen.

Un papier intéressant de Robert Peston, journaliste de la BBC, fait état des hypothèses suivantes, suite à des échanges avec plusieurs banquiers: les obligations de l’Etat grec subiraient une décote de 17%, celles de l’Espagne de 10-11%. Un niveau de décote équivalent serait appliqué au Royaume-Uni. La France subirait une décote de 6% et l’Allemagne de 4-5%.

Le journaliste s’étonne du niveau de décote équivalent entre l’Espagne et le Royaume-Uni, dont les maturités de dette sont différentes. En revanche, le niveau de décote sur la dette grecque semble particulièrement optimiste (l’effet du plan de sauvetage européen?).

L’opération pourrait néanmoins s’avérer un exercice risqué selon la crédibilité qui sera accordée à l’exercice et la réponse qui sera donnée par les gouvernements et les banques. Pour certains investisseurs, les résultats des tests de résistance, attendus le 23 juillet, ne serviront pas à grand chose. Plusieurs courtiers ont même estimé que la plupart des banques devraient passer ces tests sans difficulté. Une simulation réalisée par Moody’s évoquerait le besoin de recapitaliser le système à hauteur de 30 milliards d’euros, ce qui semble gérable.

Une pensée sur “Haircuts”

Les commentaires sont fermés.