UBS augmente l’allocation en actions pour débuter 2011

UBS a renforcé de 1 point de pourcentage le poids des actions dans son portefeuille modèle pour commencer l’année 2011 (cf tableau). La part des actions est portée de 47% à 48% (benchmark à 45%), tandis que le poids de l’énergie est ramené de 1,5% à 1%, portant les matières premières de 7% à 6,5%. La part de cash est réduite de 0,5 point à 0,25%. Continuer la lecture de « UBS augmente l’allocation en actions pour débuter 2011 »

Davantage de bonnes nouvelles pour EDF en 2011

HSBC relève son avis sur EDF de « sous-pondérer » à « surpondérer », avec un objectif de cours revu de 30 à 39 euros. Après une année 2010 déprimante, les perspectives de l’entreprise devraient être plus favorable l’an prochain, que ce soit au Royaume-Uni ou en France (hausse du tarif de l’électricité).

La valorisation d’Unibail moins attrayante

Exane BNP Paribas a dégradé son opinion sur Unibail-Rodamco de « surperformance » à « neutre », avec un objectif de cours de 157 euros. Le courtier recommande de privilégier Klépierre (« superformance », objectif 31 euros). Ce changement d’opinion sur Unibail est justifié par le rebond de 25% du titre au cours des 6 derniers mois, et un gain de 8% supérieur à l’indice européen EPRA. Continuer la lecture de « La valorisation d’Unibail moins attrayante »

Obligations: vers une nouvelle échelle des risques

La crise financière, suivie par la crise de la dette publique dans la zone euro, ont bouleversé l’échelle des risques des investisseurs. La hiérarchie traditionnelle entre risque souverain (considéré comme fondement du taux sans risque car actif le plus sûr), risque de crédit et high yield a volé en éclat avec la quasi faillite de la Grèce, puis plus récemment de l’Irlande. Continuer la lecture de « Obligations: vers une nouvelle échelle des risques »

Michelin a 3 milliards pour des acquisitions

CA Cheuvreux a repris le suivi de Michelin, avec un avis « surperformance » et un objectif de cours de 69 euros. Le courtier ne voit que des choses positives pour le fabricant de pneumatiques: reprise de la croissance des volumes; un effet matières premières mitigé par les hausses de prix qui devraient être de l’ordre de 3% et par l’effet mix (+1%); des coûts de démarrage de nouvelles usines couverts par les efforts de réduction de coûts. Continuer la lecture de « Michelin a 3 milliards pour des acquisitions »

Reprise décevante en vue pour ArcelorMittal, selon UBS

UBS a abaissé son opinion sur ArcelorMittal de « acheter » à « neutre », avec un objectif de cours de 26 euros. « Nous pensons que le 4è trimestre 2010 marque le point bas dans le cycle des résultats, mais nous nous attendons à ce que le rythme de rebond des bénéfices d’ici au 2è trimestre 2011 ne soit décevant », écrit la banque dans une note.

L’offshore, valeur cachée de Steria

Credit Suisse a initié la couverture de la SSII Steria avec un avis surperformance et un objectif de cours de 25 euros. Pour la banque, les activités offshore du groupe de services informatiques devraient lui garantir une certaine résistance au niveau des marges opérationnelles. A cela s’ajoutent de faibles charges de restructuration et une génération de free cash-flow significative, à plus de 6% du chiffre d’affaires au cours des 5 prochaines années. Continuer la lecture de « L’offshore, valeur cachée de Steria »

Zodiac: Safran renonce, UBS passe à « neutre »

UBS a dégradé son avis sur Zodiac Aerospace de « achat » à « neutre », avec un objectif de cours inchangé à 52 euros. « Après des mois de négociations sans résultat pour une transaction amicale, et l’annonce d’une possible offre hostile, Safran a officialisé ses intentions… en ne lançant pas d’offre. Compte tenu de la régulation, Safran est maintenant dans l’impossibilité de lancer une offre au cours des 6 prochains mois. Comme United Technologies (Hamilton Sundstrand) a officiellement nié tout intérêt, nous ne voyons pas de raison d’intégrer de prime spéculative dans notre objectif de cours, et abaissons notre recommandation », explique le courtier dans une note publiée vendredi. Zodiac sort par la même occasion de la liste de valeurs favorites en France d’UBS.

Essilor n’a plus de potentiel de hausse, affirme Exane

Exane BNP Paribas a déclassé Essilor de « neutre » à « sous-performance », avec un objectif de cours revu de 49 à 48 euros. Le courtier estime dans une étude parue vendredi qu’il existe d’autres titres offrant un potentiel de hausse plus attrayant pour profiter de la croissance des marchés émergents, notamment.

Après un assez bon premier semestre, le groupe ne dispose plus de potentiel d’amélioration de ses marges en 2010, tandis que 2011 devrait voir une hausse de 40 points de base (en ligne avec le consensus), précise Exane. A 14,5 fois le résultat opérationnel prévu en 2011, le titre se traite sur un multiple de valorisation plutôt élevé, en ligne avec sa moyenne historique.

GMO actualise ses prévisions à 7 ans

Le gestionnaire d’actifs GMO, l’un des rares à avoir annoncé publiquement au creux du marché de 2009 qu’il était temps d’acheter des actions, est aujourd’hui beaucoup plus prudent dans ses prévisions à 7 ans sur les perspectives de rentabilité des différentes classes d’actifs. Les meilleures opportunités de placement seraient aujourd’hui dans les actions internationales, les actions émergentes et… le bois (« timber »). En revanche, les obligations présentent au mieux un rendement quasi nul (0,3% pour les obligations émergentes), mais le plus souvent négatif. Dans sa présentation, GMO rappelle que le rendement historique des actions américaines est de 6,5%. Les fonds de pension et fonds mutuels vont devoir apprendre à vivre une période de rendements plus faibles.

Le document est disponible ici.

Rexel: UBS reprend le suivi à l’achat

Rexel reste un titre bon marché et qui présente des perspectives de croissance attrayantes, estime UBS dans une étude publiée aujourd’hui. La banque lance le suivi avec une recommandation « achat » et un objectif de cours de 18 euros. « Nous pensons que la valorisation actuelle (P/E 2011 de 9,5X pour une croissance bénéficiaire de 18% par an entre 2010 et 2014) ne reflète pas les perspectives brillantes du groupe. Le titre se traite sur un rendement des flux de trésorerie disponible de 11,8% en 2011 », explique l’analyste.

Les éditeurs de logiciels ont résisté à la crise

Bonne résistance et consolidation constante. Selon une étude du cabinet de conseil OC&C, les 100 premiers éditeurs de logiciels en Europe ont enregistré un repli de 0,6% de leur chiffre d’affaires, mais ont amélioré leur résultat brut d’exploitation (EBITDA) de 1%. Malgré la crise, le secteur dégage une marge opérationnelle moyenne de 25%. Voilà pour les bonnes nouvelles. Continuer la lecture de « Les éditeurs de logiciels ont résisté à la crise »