Et si la France perdait son AAA ?

Le marché semble avoir du mal à se faire une idée précise du cas français. La preuve, hier. Alors que la Bourse plongeait et que les spreads s’écartaient, les taux longs restaient bas… Une chose semble acquise: si les marchés se mettent à spéculer contre la France, il faudra plus que des bonnes paroles pour les rassurer. Et une perte du triple-A aurait des conséquences très fâcheuses pour la zone euro. Continuer la lecture de « Et si la France perdait son AAA ? »

Gloom & Doom

Ce n’est plus une répétition de 2010 que nous vivons, mais de 2008… Les Bourses mondiales amplifient leurs pertes. L’incapacité des gouvernements et banquiers centraux du G20 à se coordonner rapidement était prévisible et elle a eu les conséquences attendues: l’intensification du krach et l’envolée de la volatilité (48). Ce matin, les futures européens sont les suivants (selon IG Markets): FTSE -305 points à 4.764, DAX -366 points à 5.557, CAC 40 – 185 points à 2.940.

Comme le notent les courtiers d’une banque régionale américaine cités dans le Wall Street Journal, bien sûr, il y a beaucoup de bonnes affaires en ce moment en Bourse. Mais la chasse aux bonnes affaires ne peut débuter tant que la psychologie du marché est en mode panique.

Pour moi, le seul point d’optimisme pour l’heure ne vient ni des gouvernements, ni de la valorisation des actions (qui fait de l’analyse fondamentale aujourd’hui ?), mais de Warren Buffett. Selon Bloomberg, le sage d’Omaha a investi 3,6 milliards de dollars en actions au cours du deuxième trimestre, soit les plus grosses sommes pour cette classe d’actifs depuis… 2008. S’il le faisait au Q2, il semble logique de déduire qu’il a continué à le faire durant ces « heures sombres » en Bourse. En octobre 2008, peu après la faillite de Lehman Brothers, Warren Buffett publiait une tribune « Achetez américain. Moi je le fais » dans le New York Times. C’était au pire moment du krach de 2008 et quelques mois avant le rebond des marchés. Conclusion: patience. L’heure des contrarians va bientôt sonner!

Signe de capitulation ?

Aujourd’hui, l’indice CAC 40 a plongé de 4,68%, signant un plus bas depuis 1 an. Il cumule 17,9% de baisse depuis le début de l’année et 23,6% sur 6 mois (difficile de ne pas parler de krach dans de telles conditions – attendons néanmoins la fin des publications du premier semestre pour faire un point complet sur le sujet). Au sein de l’indice 17 sociétés ont atteint un plus bas d’un an et 7 l’ont atteint vendredi dernier. Ces 23 sociétés ont représenté 59% des volumes échangés aujourd’hui (6,37 milliards d’euros selon les données de NYSE Euronext). Continuer la lecture de « Signe de capitulation ? »

L’aversion au risque devient la norme – Exane

Un commentaire intéressant des stratégistes d’Exane BNP Paribas publié ce matin. Aussi préparés soient-ils à la nouvelle, les marchés financiers et les agents économiques vont devoir apprendre à vivre dans un monde où l’aversion au risque est la norme et où l’on demandera plus de garanties en capital pour financer les transactions entre agents. Continuer la lecture de « L’aversion au risque devient la norme – Exane »

Excellent post de Vitaliy Katsenelson (Contrarianedge)

Son dernier post s’intitule « We Are Not AAA« , nous explique comment la note « AA+ » est devenue le nouveau triple-A. Il comporte notamment le passage suivant:

« The chance the US will default on its debt in a traditional sense is zero. Yes, zero.  All of our obligations are in US dollars. Governments that can print their own currencies don’t go through traditional default, they default through the printing press (i.e., by inflation).  It will take a few more dollars to buy bread, vodka, potatoes, and cigarettes (I am going authentic here) year after year.  The US government will honor its obligations in nominal terms (ignoring inflation), meanwhile defaulting on its debt in real terms (adjusted for inflation). »

Dégradation des Etats-Unis: l’onde de choc va toucher d’autres classes d’actifs aux Etats-Unis notamment

S&P est maintenant obligé de tirer les conséquences de ses actes. En dégradant la note souveraine des Etats-Unis de AAA à AA+, l’agence a commencé et va devoir dégrader les notes de centaines d’institutions ou d’instruments financiers adossés à la garantie des Etats-Unis… Une perspective qui, nous rappelle Ciaran O’Hagan à la SG, était annoncée dans une note publiée le 22 juillet. Le stratégiste taux de SG en tire les grandes lignes… Continuer la lecture de « Dégradation des Etats-Unis: l’onde de choc va toucher d’autres classes d’actifs aux Etats-Unis notamment »

Dégradation des Etats-Unis: la réaction des marchés

Les faits, juste les faits…

  • Les actions asiatiques enregistrent une correction de plus de 3% ce lundi;
  • L’or, ultime valeur refuge, franchit la barre des 1.700 dollars;
  • Les futures américains sont en repli (-2,5% pour le S&P 500; -2,3% pour le Dow Jones Industrial Average) ;
  • En Europe, les futures sont également en baisse: -109 point pour le FTSE à 5.138, -59 pour le DAX à 6.177, -38 pour le CAC 40 à 3.241 (source: IG Market cité par Dow Jones Newswires);
  • A Singapour, le baril de brut tombe sous les 84 dollars;
  • Le dollar recule face à l’euro et au franc suisse, autre valeur refuge, qui a atteint un nouveau record historique (74,85 centimes)

La descente aux enfers n’est pas terminée

Ce commentaire d’un stratégiste de Citigroup comporte une part de bon sens. En gros, le marché s’attendait à une dégradation de la note, et commençait à la prendre en compte… Mais l’accélération de l’histoire et la décision de S&P (non suivie pour l’instant par Fitch ou Moody’s) a pris tout le monde par surprise. C’est bien ce facteur qui risque surtout d’amplifier la correction boursière et la transformer en krach. En tout cas c’est une possibilité que l’on peut difficilement exclure. D’autant que des éléments fondamentaux peuvent aussi jouer. Continuer la lecture de « La descente aux enfers n’est pas terminée »

Branle-bas de combat ?

Après l’insipide action de la BCE jeudi dernier, les autorités monétaires et gouvernementales du G20 ont intensifié les contacts au cours du week-end et pourraient faire une annonce avant l’ouverture des Bourses asiatiques. Au programme: possibles rachats d’obligations italiennes et espagnoles par la BCE, déclarations confirmant l’intérêt pour les obligations américaines, malgré la dégradation de la note américaine, voire relèvement dans l’urgence des montants des fonds de stabilité financière (FESF). Continuer la lecture de « Branle-bas de combat ? »

La capitulation a commencé… et ce n’est pas fini

J’en parlais hier, mais depuis quelques jours, des observateurs attendent une capitulation du marché, c’est-à-dire le moment où plus personne ne croit au rebond et de nombreux investisseurs abandonnent. Pour les stratégistes et analystes de Bank of America-Merrill Lynch, la capitulation a bien commencé, mais elle n’est pas terminée. La séance d’aujourd’hui semble conforter ce point de vue. Voici leurs principales conclusions, à travers l’analyse des flux de fonds. Continuer la lecture de « La capitulation a commencé… et ce n’est pas fini »

La Fed, dernier recours des marchés ?

Si 2011 doit être une répétition de 2010 (ce qui est le cas jusqu’ici), les mois d’août-septembre devraient constituer un moment crucial. La Fed pourrait, comme l’an dernier, jouer un rôle crucial pour rassurer (au moins temporairement) les marchés. On notera toutefois l’ironie de la situation. La croissance économique américaine reste atone (en tout cas à court terme), malgré un policy-mix pour le moins accommodant… Et c’est la Fed qui reste l’acteur de dernier ressort. Continuer la lecture de « La Fed, dernier recours des marchés ? »

La maison Veolia en désordre

Antoine Frérot, patron de Veolia Environnement (depuis plus d’un an) va peut-être devoir prendre des cours de communication. Comment peut-on dire que l’on a fini l’audit de son groupe, que l’on a arrêté des choix stratégiques, et se contenter de donner le minimum d’informations sur le nouveau périmètre (10% de chiffre d’affaires en moins que le périmètre actuel ?) ou sur la politique de dividende à venir ? Continuer la lecture de « La maison Veolia en désordre »