John Paulson s’excuse auprès de ses clients

John Paulson, célèbre gérant milliardaire du hedge fund éponyme, a enregistré les pires résultats depuis que sa société existe (1994). Le site ValueWalk.com a mis en ligne la lettre de Paulson à ses clients commentant les résultats du 3è trimestre. Elle commence ainsi:

« Year to date 2011 performance is the worst in the firm’s 17 year history. We are disappointed and apologize for these results. We have learned from the 2011 experience and are committed to returning investors to their high water marks and to producing above average returns for the long term. »

Continuer la lecture de « John Paulson s’excuse auprès de ses clients »

Morgan Stanley: prudence, les actions européennes pourraient baisser de 7pct en 2012

Pour les stratégistes actions de Morgan Stanley, les actions sont engagées dans un processus similaire à l’expérience japonaise: croissance économique atone; poids croissant des politiques fiscales; forte volatilité des marchés actions. Dans ce contexte, 2012 devrait être dans la lignée de 2011. Même l’annonce d’un assouplissement quantitatif en Europe n’offrirait qu’un répit temporaire aux actions.

Ce qui devrait se traduire pour les actions européennes par une contraction des profits (-8% prévus pour 2012 puis +2% en 2013) que ne devrait pas contrebalancer l’expansion des multiples de valorisation. Un multiple de 10x correspond à la valeur raisonnable des actions. Mais cela signifie aussi que les actions ne sont pas particulièrement bon marché. L’objectif pour fin 2012 est un indice MSCI Europe à 870 points, soit 7% de moins qu’au moment de la publication de l’étude de Morgan Stanley. Continuer la lecture de « Morgan Stanley: prudence, les actions européennes pourraient baisser de 7pct en 2012 »

100 milliards pour Facebook? Si peu

Facebook irait en Bourse courant avril-juin 2012, nous annonce le Wall Street Journal, pour une levée de fonds de 10 milliards de dollars lui assurant une valorisation boursière de 100 milliards (la société n’a pas souhaité commenter). Question: si l’opération se fait effectivement en ces termes, le parcours boursier ressemblera-t-il à celui de LinkedIn ou à celui de Groupon? Réponse: cela dépendra sans doute de la capacité de Mark Zuckerberg à convaincre les investisseurs qu’il a bien un business model capable de faire gagner de l’argent durablement et de manière rentable à son entreprise. Continuer la lecture de « 100 milliards pour Facebook? Si peu »

Vers une divergence des bénéfices entre les Etats-Unis et l’Europe? Pas sûr, selon JPMorgan

Avec la perspective d’une récession en Europe (déjà démarrée) et des profits records aux Etats-Unis, va-t-on assister à un découplage des croissances bénéficiaires des deux côtés de l’Atlantique? Pas certain affirment les stratégistes de JPMorgan.  Continuer la lecture de « Vers une divergence des bénéfices entre les Etats-Unis et l’Europe? Pas sûr, selon JPMorgan »

Réduction des bilans bancaires: un régime de 1.000 milliards d’euros

Le processus de réduction des bilans bancaires (« deleveraging ») qui s’est opéré au plus fort de la crise financière de 2008-2009 avait représenté une diminution de 2.000 milliards d’euros en Europe. Depuis, comme si de rien n’était, la plupart des banques européennes se sont remises à faire croître la taille de leur bilan, ignorant le risque que pouvait faire peser sur l’économie le gonflement des dettes étatiques. Depuis, la multiplication des crises en zone euro et aux Etats-Unis sur la question de l’endettement public a obligé de nombreuses banques à réduire à nouveau la taille de leur bilan. Dans une étude publiée ce matin, les analystes de Bank of America Merrill Lynch chiffrent la « facture » à quelque 1.000 milliards d’euros. Explications.  Continuer la lecture de « Réduction des bilans bancaires: un régime de 1.000 milliards d’euros »

Double effet kiss cool pour Casino: la France et les émergents-BAML

Bank of America Merrill Lynch relève son opinion sur Casino de « neutre » à « achat », avec un objectif de cours revu de 64 à 75 euros. Les analystes Andrew Gwynn, John Kershaw et Julien Martin estiment que l’histoire boursière du distributeur va bénéficier à plein de l’amélioration des résultats en France et de la dynamique de croissance dans les marchés émergents, et notamment au Brésil. Continuer la lecture de « Double effet kiss cool pour Casino: la France et les émergents-BAML »

Disciple de Graham: Seth Klarman

An Interview with Seth Klarman and Charlie Rose from Facing History and Ourselves on Vimeo.

Dans cette interview avec Charlie Rose (h/t My Investing Notebook), Seth Klarman, patron de la société de gestion Baupost, parle de l’action menée par Facing History, dont il a été président pendant 16 ans, puis (à partir de la 19è minute) de son expérience d’investisseur value. Klarman est sans doute l’un des plus grands gérants value après Warren Buffett. Pour ceux qui veulent aller plus loin, la page « notes de lecture » offre quelques notes tirées de son ouvrage Margin of Safety, publié en 1991 (épuisé) et qui pourrait peut-être faire l’objet d’une réédition.

Dans l’interview ci-dessus, ma citation préférée est : « I don’t have a Bloomberg on my desk, I don’t care ».

Affaires à suivre…

L’Europe est-elle arrivée à un tournant (un de plus)? Les discussions sur une plus grande coordination fiscale, la création des Euro-obligations (« Eurobonds »), une intervention plus active de la BCE et du FMI (en faveur de l’Italie) sont actuellement sur la table des dirigeants européens, avant la réunion de l’Eurogroup (29 novembre) puis un sommet européen le 9 décembre. La responsable de la recherche économique de SG, Michala Marcussen, dresse une liste des questions qui préoccupent le plus les investisseurs. Continuer la lecture de « Affaires à suivre… »

L’immobilier n’a pas fini de faire parler de lui

Deux éléments pour le moins paradoxaux: un article du journal The Economist estime que les marchés immobiliers de nombreux pays européens ainsi que dans d’autres régions du monde sont surévalués. Pourtant, de nombreuses sociétés foncières cotent avec d’importantes décotes sur la valeur de leur actif net réévalué… C’est en particulier vrai en Europe… Continuer la lecture de « L’immobilier n’a pas fini de faire parler de lui »

L’automobile française n’est pas attrayante pour des investisseurs « value »-Credit Suisse

Le verdict est sans appel. Pour Credit Suisse, l’automobile n’est pas un secteur attrayant pour des investisseurs value. Et ce malgré la chute des cours. Pour s’en convaincre, les analystes de la banque suisse ont appliqué les critères de screening établis par Benjamin Graham (et James Rea).

« The auto sector is unlikely to be a fertile ground for value investors: We continue to believe that successful investing in the auto space is more about earnings momentum than about valuations. In this respect we believe that the last 2 criteria of the framework offer an interesting insight. Companies that seem to have the best business models also enjoy the most resilient earnings streams and should continue to offer the best investment opportunities: BMW, VW, Michelin and Conti. (all rated O/P). »

Le marché à MERkozy: les Eurobonds avant tout!

Un n-ième compte-à-rebours est lancé, mais il n’empêchera pas un regain de volatilité des Bourses. Il serait temps qu’Angela Merkel prenne des cours d’anglais ou que ses conseillers lui passent les notes de brokers lui demandant instamment d’agir dans l’intérêt général. Le couple MERkozy pourrait par exemple s’inspirer de cette note de l’économiste de Cheuvreux (filiale du Crédit Agricole, que l’on peut difficilement taxer de vouloir torpiller l’euro):

« If the end-game chosen by European leaders is to keep the Eurozone together, then this end-game is the introduction of eurobonds, sooner or later: this is the message conveyed yesterday by the market reaction to the German Bund auction. Continuer la lecture de « Le marché à MERkozy: les Eurobonds avant tout! »

Actions: SG prévoit le pire avant le meilleur

Les marchés actions devront sans doute vivre une nouvelle phase de stress importante avant que la BCE ne décide d’utiliser plus massivement des outils d’intervention non conventionnels (comprenez un « QE » massif) et que cela ne calme les investisseurs. Dans ce contexte, les stratégistes actions de la Société Générale anticipent pour 2012 une contraction de 10% des profits en Europe (contre +8,3% pour le consensus) et de 5% aux Etats-Unis (consensus +11,3%), ce qui se traduirait par une baisse de 7% pour l’indice Stoxx 600 (objectif 210 points), de 3% pour le CAC 40 (objectif 2.800 points) et de 2% pour le DAX (objectif 5.500 points).  Continuer la lecture de « Actions: SG prévoit le pire avant le meilleur »

Qui dicte la conduite des Etats? Les marchés financiers… ou la BCE?

Un très bon papier du blog Econoclaste tente d’éclairer la stratégie de la BCE vis-à-vis des Etats et dépasse la simple approche « culturaliste » (la BCE est immobile car elle est la dépositaire de l’orthodoxie héritée de la Bundesbank, allergique à toute action pouvant provoquer le retour d’une inflation incontrôlable). Une autre vision est proposée et je la trouve personnellement très éclairante. h/t Marc B.

43 titres offrant un dividende de plus de 8%

On est loin des records de 2008-2009, mais HSBC a trouvé 43 titres de sociétés cotées au sein de l’indice MSCI Europe qui offrent un rendement du dividende élevé (>8%). HSBC note que ces niveaux ne sont généralement pas soutenables (les 3/4 des sociétés devraient couper leurs dividendes d’ici 2 ans), mais avant que cela ne se produise, l’histoire montrerait que les titres de ces sociétés pourraient afficher de beaux parcours.La banque observe toutefois que des rendements du dividende élevés peuvent avoir 2 significations: une opportunité d’investissement… ou le signe de difficultés financières! Du coup, cette thématique n’est pas adaptée à tous les portefeuilles! Continuer la lecture de « 43 titres offrant un dividende de plus de 8% »

La financiarisation du marché des changes

En l’espace de 20 ans, les changes sont devenus une classe d’actifs à part entière. D’un simple instrument permettant l’échange de biens et services entre pays, la couverture du risque de change pour les entreprises, ou un moyen d’intervention sur la monnaie pour les banques centrales, le marché des changes s’est de plus en plus ouvert à la spéculation.

Société Générale a publié une étude fort intéressante sur le sujet. Une sorte d’introduction au marché des changes pour les non-initiés. Après les actions dans les années 2000, cette étude arrive au moment où les changes deviennent de plus en plus un terrain de jeu pour les spéculateurs en tous genres – du particulier derrière sa plate-forme de trading aux fonds souverains qui cherchent à diversifier leurs risques. Un sujet qui d’ailleurs ne semble guère inquiéter les autorités de régulation (en tout cas elles sont plutôt silencieuses sur le sujet, en dépit de trop rares avertissements sur les opérateurs non régulés). Continuer la lecture de « La financiarisation du marché des changes »