Prix de l’immobilier: la bulle n’a pas encore éclaté en France, aux Pays-Bas et en Belgique

Les économistes de Deutsche Bank ont publié fin juin une étude sur les prix de l’immobilier en Europe, d’où ils tirent cette conclusion: « l’ajustement de la période de surévaluation est loin d’être terminé dans la plupart des marchés ». Ils font au passage l’éloge du marché immobilier allemand, l’un des rares à ne pas être surévalué.

Dans le détail: le processus d’ajustement est le plus avancé en Irlande et en Espagne; il ne l’est pas du tout en France, aux Pays-Bas et en Belgique. L’Italie et le Portugal auraient échappé au phénomène de bulle observé ailleurs. L’étude des économistes Thomas Mayer et Jochen Möbert montre également que le marché allemand a totalement échappé à ce phénomène de bulle. Il pourrait s’engager dans une phase d’appréciation, les investisseurs à la recherche de rendement pouvant privilégier le placement dans la pierre aux Bunds qui ne rapportent plus rien (ou presque, si ce n’est une forme de « safe haven » pour le capital).

En Espagne, le processus d’ajustement du marché immobilier ne devrait se terminer qu’en 2016, mais les prix ne redeviendraient réellement attrayants que vers 2020. En Grèce et en Irlande, les indices d’accessibilité (« affordability ») de l’immobilier sont déjà revenus sous leur moyenne de long-terme. Le « point bas » pourrait être atteint d’ici 1 an 1/2 en Irlande et 4 ans en Grèce.

Les commentaires sont fermés.