Oddo juge Gameloft plus attrayant qu’Ubisoft

Gameloft offre des perspectives de croissance et de revalorisation boursière plus intéressantes qu’Ubisoft, estime Oddo Securities dans une étude publiée aujourd’hui (je renvoie au commentaire publié hier sur Ubisoft, dans lequel je défens une position un peu plus positive que celle d’Oddo).

« Les perspectives de croissance soutenue de l’activité de Gameloft (essor des smartphones/tablettes + succès du modèle freemium) avec un fort levier opérationnel (stabilisation des effectifs après 3 années de recrutements intensifs) expliquent notre recommandation Achat (objectif = +22% à 6 €) – Nous sommes plus prudents sur Ubisoft (Neutre – objectif = +8% à 9 €) dont le profil s’avère moins attrayant (diversification problématique avec une forte exposition à Assassin’s Creed, marché mature des jeux physiques avec une visibilité limitée sur les prochaines consoles, marges moins élevées malgré un effet taille favorable et une moindre concurrence…). »

[cleeng_content id= »435463538″ description= »Plus d\’analyses et de commentaires à découvrir…  » price= »0.19″ t= »article » referral= »0.05″]La thèse d’Oddo est qu’Ubisoft est trop dépendant à une seule franchise (Assassin’s Creed) alors que Gameloft – contrôlé tout comme Ubisoft par la famille Guillemot – offre un profil d’activité plus diversifié et positionné sur un créneau (smarthpones) plus porteur que celui des consoles de jeux de salon.

« Croissance structurelle plus élevée
Les profils de risque sont opposés, Ubisoft étant encore très dépendant des ventes de Assassin’s Creed pendant les fêtes de fin d’année (3/4 des profits FY13e), et Gameloft présentant une grande diversification sans saisonnalité prononcée (aucun jeu >10% du CA – mix géographique équilibré). Les dynamiques de marché sont également différentes, Gameloft étant porté par l’essor des smartphones/tablettes (volumes >+15%/an) et le succès du modèle freemium (téléchargement gratuit des jeux) alors qu’Ubisoft opère sur un marché plus mature offrant peu de visibilité (quid des prochaines consoles Xbox720 et PS4 lancées fin 2013 – déception sur la Wii U). Pour ces raisons, entre autres, nous modélisons une croissance structurelle du CA 2x plus importante pour Gameloft (+15%/an) par rapport à Ubisoft (+8%/an).
Davantage de levier sur les marges
En dépit d’importants investissements ces 3 dernières années (effectifs = +15%/an) et d’une forte pression concurrentielle (pic probablement atteint), Gameloft dégage déjà près de 10% de Mop et ambitionne de progresser au-delà de 15% (horizon 2015 selon nous) sur la base notamment d’une stabilisation des effectifs (taille critique jugée atteinte). Du levier existe également chez Ubisoft mais nous le jugeons moins important (Mop normative = 10% vs. 7/8% actuellement) avec des risques portant sur l’activité « casual » (25% du CA exposé à des joueurs occasionnels pouvant migrer vers les jeux pour smartphone/tablette), les coûts de production des jeux (course à la qualité entraînant de l’inflation) et les développements « online » (impliquant d’importants investissements notamment informatiques).
Meilleur potentiel de revalorisation
Nos modèles de valorisation suggèrent plus de potentiel d’appréciation pour Gameloft (+22% à 6 € – actualisation des CF) par rapport à Ubisoft (+8% à 9 € – somme des parties), ce dernier présentant toutefois des multiples nettement plus attractifs (P/E 2x plus faible). Aucune prime spéculative n’est par ailleurs retenue dans nos objectifs de cours malgré des structures capitalistiques bien éclatées (OPA hostile quasi impossible dans une société de jeux vidéo, et famille fondatrice Guillemot peu réceptive jusqu’à présent à des projets de cession). »[/cleeng_content]

Les commentaires sont fermés.