Hausse des actions: plus de place pour les mauvaises surprises

Morgan Stanley s’accroche à son message de prudence sur les actions, qui lui a fait louper le rebond des indices boursiers depuis cet été. L’argument ? Les niveaux de valorisation des actifs dans les pays développés sont tels qu’ils ne supporteraient pas une mauvaise nouvelle. Or, le risque fiscal aux Etats-Unis et en Europe prend de l’ampleur et pourrait provoquer une correction dans les six mois à venir. Continuer la lecture de « Hausse des actions: plus de place pour les mauvaises surprises »

Fiscal Cliff: bis repetitae ?

Un petit rappel de ce qui s’est passé l’an dernier au moment du débat fiscal aux Etats-Unis (merci à David Kostin chez Goldman Sachs).

Source: Goldman Sachs

A son tour, HSBC redécouvre l’intérêt du style value

Depuis le mois de juillet, HSBC estime que le style « value » (recherche de titres décotés) est plus attrayant que le style « growth » (recherche de valeurs de croissance). La banque vient de publier une nouvelle étude sur le sujet, avec quelques idées d’investissement pour les investisseurs intéressés par ce style de gestion. Continuer la lecture de « A son tour, HSBC redécouvre l’intérêt du style value »

Revue de la semaine sur les marchés

Les investisseurs sont revenus vers les actifs à risque tandis que les marchés obligataires ont légèrement reculé. Le crédit reste une classe d’actif recherchée, avec un nouveau resserrement des spreads. L’un dans l’autre, les portefeuilles intègrent un scénario de croissance économique molle et de recul de la croissance bénéficiaires, mais ils intègrent aussi une réduction des risques extrêmes. Continuer la lecture de « Revue de la semaine sur les marchés »

Une vue sur les marchés n°3

La lettre hebdo reprend deux articles publiés cette semaine sur le blog: une réflexion sur l’idée d’un défaut souverain pour accélérer la sortie de crise et la recherche d’idées d’investissement à travers le dividende. On fait également un point sur les anticipations de résultat pour cette année et l’an prochain, avec une petite surprise. Bonne lecture.

« Champions du monde »: un thème toujours attrayant – Citi

Le thème des « champions du monde » développé par Citi (et quelques autres brokers, mais sous des noms différents et via des méthodologies plus ou moins complexes) reste d’actualité: le rythme de croissance de l’économie mondiale demeure faible (2,5% en 2012 et 2013 selon les économistes de JPMorgan), la divergence entre pays émergents et pays développés est marquée, tout comme la situation bilantielle des agents économiques. Autant d’éléments qui rendent toujours attrayant la recherche d’entreprises de qualité capables d’afficher une croissance bénéficiaire durablement supérieure à celle de l’économie. Continuer la lecture de « « Champions du monde »: un thème toujours attrayant – Citi »

Carrefour: une cession qui redonne un peu d’air

La vente des activités colombiennes de Carrefour dope un peu plus son cours de Bourse. L’opération est doublement appréciée par le marché. Elle se fait sur des niveaux de valorisation très supérieurs aux attentes des analystes. Elle permettra de réduire significativement l’endettement du distributeur. Enfin, elle annonce d’autres opérations de cessionsqui pourraient rapporter, selon certaines estimations, entre 2 et 2,5 milliards d’euros. Cela change-t-il l’histoire boursière du groupe (déflation dans l’alimentation, manque d’innovation…) ? A voir. Continuer la lecture de « Carrefour: une cession qui redonne un peu d’air »

Le dividende reste un vecteur de performance attrayant – Barclays

La distribution de dividende n’a pas vraiment joué le rôle d’amortisseur pendant la crise financière ces dernières années. Et pourtant, sur longue période, le dividende conserve tous ses mérites. Et il semble opportun de regarder cette thématique aujourd’hui, selon les stratégistes de Barclays. Continuer la lecture de « Le dividende reste un vecteur de performance attrayant – Barclays »

Idées d’investissement: recherche de rendements stables

Les investisseurs sont à la recherche de rendements stables. A travers son approche fondamentale basée sur la rentabilité cash du capital investi (CROCI), Deutsche Bank a établi une liste de valeurs ayant réussi à maintenir leur rentabilité depuis 2009 et capable de préserver leur avantage concurrentiel dans les années à venir (en particulier car elles n’ont pas opéré de réallocation hasardeuse de leurs ressources en capital). Ces actifs à rendement « sûr » proposent un rendement supérieur à 6%. Continuer la lecture de « Idées d’investissement: recherche de rendements stables »

Tech: 30 champions du monde, 3 Européens, 0 Français

On peut parler longtemps de politique industrielle et des efforts à réaliser pour redresser la compétitivité (hors coût) de la France. Le fait est là: sur les 30 valeurs les plus intéressantes dans le secteur de la technologie au niveau mondial, réalisé par Citi, la France n’arrive pas à pointer le bout de son nez. SAP (Allemagne), ARM Holdings (Royaume-Uni) et ASML (Pays-Bas) sont les seules sociétés dignes d’intéresser les gérants de portefeuilles, selon la banque américaine. Sans surprise, la part belle revient aux valeurs américaines (tableau), et à quelques sociétés asiatiques (Canon, Lenovo, Murata, Samsung Electronics, Tata Consultancy Services, TSMC). Continuer la lecture de « Tech: 30 champions du monde, 3 Européens, 0 Français »

Gestion de la crise : les Occidentaux ne font pas mieux que les Japonais

5 ans après le début de la crise financière, le constat est cinglant: les responsables politiques occidentaux, qui nous promettaient une gestion de la crise plus rapide que ne l’ont fait les Japonais il y a plus de 20 ans, doivent constater l’échec de leur action. L’Europe connaît sa deuxième récession depuis le début de la crise des subprimes. La situation des pays « aidés », comme la Grèce, est catastrophique. Et l’espoir d’une sortie de crise semble bien lointain, tant qu’un traitement de choc voulu par les dirigeants n’aura pas été envisagé, comme ce fut le cas en Islande ou en Suède dans les années 1990. Continuer la lecture de « Gestion de la crise : les Occidentaux ne font pas mieux que les Japonais »

Le retour des Zinzins, bonne nouvelle pour la Bourse

Enfin une bonne nouvelles pour les investisseurs en actions ? Plusieurs zinzins français cherchent à trouver un moyen d’investir en Bourse tout en limitant les contraintes réglementaires de Solvency II. Un signal pour le moins intéressant alors que les rendements obligataires sont au plus bas (pour les souverains les plus sûrs) et qu’en dehors du crédit, les actions restent un vecteur d’investissement toujours intéressant sur le très long terme. Continuer la lecture de « Le retour des Zinzins, bonne nouvelle pour la Bourse »

Qu’attendre du prochain sommet de l’UE ?

Union bancaire et mutualisation des dettes, situation de la Grèce, appel à l’aide de l’Espagne. Le menu du prochain sommet européen (18-19) est chargé. Et pourtant, nombreux sont les économistes et stratégistes à n’attendre que peu de progrès des dirigeants européens. La raison? La nouvelle salve d’assouplissement quantitatif de la BCE (OMT) devrait annihiler toute vélléité de faire avancer le « schmilblick« … Heureusement que le marché n’a pas d’anticipations trop élevées, car on pourrait s’offrir de belles semaines de volatilité par la suite… Continuer la lecture de « Qu’attendre du prochain sommet de l’UE ? »

Une JV PSA-General Motors serait surtout favorable à GM

Vendredi dernier, on apprenait l’existence d’un projet de rapprochement entre Opel, filiale déficitaire de General Motors et PSA Peugeot-Citroên. Une opération qui semble logique dans un contexte de surcapacités au sein de l’industrie automobile européenne. Mais qui profiterait sans doute plus au constructeur américain qu’à son homologue français, même s’il n’est pas dénué de gros risques (politiques entre autres). Continuer la lecture de « Une JV PSA-General Motors serait surtout favorable à GM »

Une année « pas cool du tout » – Cheuvreux

Un papier pas très bien écrit (ou mal édité, c’est selon) de Christopher Potts, stratégiste chez Cheuvreux, mais qui avance cette idée intéressante malgré tout: ce qui est « cool » aujourd’hui parmi les investisseurs, c’est de voir que tout va mal et de parier sur l’apparition de risques extrêmes (« tail risk »). Or l’année 2012 – et vraisemblablement 2013 – seront des années « pas cool », justement parce qu’il y a peu de risque extrême et que les classes d’actifs à risque affichent des performances plus qu’honorables… Continuer la lecture de « Une année « pas cool du tout » – Cheuvreux »

Une vue sur les marchés n°2

Le n°2 de la lettre d’information « Une vue sur les marchés » est accessible ici.

Au programme cette semaine: la menace inflationniste, la revue de la semaine (bref), une enquête de Citi auprès de ses clients investisseurs et une analyse du cas PPR après son annonce d’une cession prochaine de la Fnac.

Une fin d’année perturbée pour les matières premières – Credit Suisse

Comme la plupart des actifs risqués, le comportement des matières premières dépend avant tout des anticipations des investisseurs sur le rythme de croissance de l’économie mondiale. Ponctuellement, il est également affecté par l’action des banques centrales et le sentiment de confiance ou de panique des investisseurs à l’égard des facteurs de risque du moment (crise de la dette en zone euro, falaise fiscale aux Etats-Unis, ralentissement économique en Chine). Après une phase de hausse au cours du troisième trimestre, Credit Suisse anticipe une phase de forte volatilité, voire des mouvements de correction au 4è trimestre 2012. Continuer la lecture de « Une fin d’année perturbée pour les matières premières – Credit Suisse »

Marchés développés Vs émergents: fondamentaux et sentiment des investisseurs

Depuis le début de l’année, les marchés développés ont gagné 12,9%, surperformant les places boursières émergentes (+2,8%). Pourtant, la situation économique des premiers est sans doute plus inquiétante que celle des seconds (mais l’on vit dans un monde interconnecté, non ?!). Continuer la lecture de « Marchés développés Vs émergents: fondamentaux et sentiment des investisseurs »