Le pricing power sous l’angle du crédit – Morgan Stanley

Après leurs collègues du côté equity, les analystes crédit de Morgan Stanley ont publié deux listes de valeurs ayant un pricing power élevé et faible. Lire la suite

EADS: rachat d’actions, une erreur « normale »

Depuis le changement de gouvernance et la diminution du poids des Etats français, allemand et espagnol au capital (sujet dont ne débattra par ici), EADS clame son statut d’entreprise « normale » (nouveau concept)… Et comme toute entreprise « normale », le groupe d’aéronautique et de défense a décidé de lancer un programme de rachat d’actions alors que son cours de Bourse est au plus haut. Cherchez l’erreur… Lire la suite

Thales: and the winners are…

Source: Thales

Source: Thales

Ils sont souriants, sérieux… Ils ont gagné leur ticket au comex de Thales, le groupe d’aéronautique et de défense, placé sous la direction de Jean-Bernard Lévy, un nouveau venu dans le secteur. Des changements « en douceur », comme ceux concernant l’organisation du groupe. Avec néanmoins un gagnant, Patrice Caine, si l’on en croit les commentaires de certains observateurs du secteur et le nombre de responsabilités qui lui sont attribuées. Ceux qui veulent aller plus loin peuvent lire le décryptage de Michel Cabirol de La Tribune, publié en fin de semaine dernière.

EADS retrouve ses plus hauts niveaux de cotation

Source: Factset, weeko

Source: Factset, weeko

Rappelez-vous. En mars 2006, l’action EADS touchait un plus historique de 35,42 euros en séance. 3 mois plus tard, le groupe lançait un avertissement sur résultat, évoquant des retards dans le lancement de son super-jumbo A380. Au même moment, on apprenait que certains dirigeants et actionnaires avaient cédé au bon moment des actions du groupe d’aéronautique et de défense. Cette période troublée de l’entreprise est maintenant passée. Et l’action EADS a franchi ces derniers jours la barre des 35 euros, effaçant en quelques semaines les troubles qu’avait causé le projet de rapprochement avec BAE Systems. Lire la suite

Multitude de risques autour d’une fusion EADS-BAE Systems

Plusieurs observateurs ont souligné tous les intérêts d’une fusion entre EADS et le britannique BAE Systems. Le premier se renforcerait d’un seul coup dans la défense et sur le marché nord américain, où il est peu présent. Le second accèderait à de nouveaux marchés tout en réduisant les coûts de certains programmes (Typhoon). Lire la suite

Quality Street

Au regard d’un environnement économique plus qu’incertain, la qualité est un point de repère toujours utile pour les investisseurs en actions, selon les stratégistes de Citi. « Europe SA n’est pas le PIB européen », affirment-ils dans une étude datée du 9 août. Lire la suite

« Au contraire, value works! »

Malgré des performances décevantes en 2011 et début 2012, la gestion value reste l’une des meilleures stratégies d’investissement sur longue période, selon les stratégistes de Barclays. Une (re)découverte qui permet de remettre à l’honneur les travaux de Graham & Dodd, et des autres chercheurs qui leur ont succédé.  Lire la suite

Aéronautique: UBS préfère le civil à la défense

Les perspectives pour le secteur de l’aéronautique semblent encore favorable, malgré une décélération des indicateurs avancés sur 2012, observent les analystes d’UBS dans une note datée du 29 novembre. La situation pour le secteur de la défense est plus précaire, compte tenu des fortes pressions sur les budgets des Etats. Malgré ces nouvelles un peu moins enthousiastes, UBS estime que le secteur devrait continuer de faire mieux que l’ensemble du marché. Lire la suite

Désendettement des Etats et stratégie d’investissement

Le désendettement des Etats va être l’un des thèmes majeurs au cours des prochaines années. Exane BNP Paribas expose sa stratégie d’investissement (en actions) pour s’adapter à cet environnement dans une étude publiée jeudi. Les principales points de l’étude sont les suivants:

  • Acheter des titres offrant un rendement du dividende conséquent et relativement sûr (quelques idées avancées par le broker dans une liste de 11 noms: Vivendi, Vodafone, Deutsche Post).
  • Acheter des titres offrant un potentiel de hausse du dividende (quelques noms cités: AstraZeneca, Heineken, Carrefour, Sanofi-Aventis, SAP, Reed Elsevier).
  • Rechercher les champions de la croissance des résultats, quel que soit l’environnement (Adidas, LVMH, Standard Chartered, Autonomy, SES sont évoqués).
  • Vendre les valeurs très sensibles au cycle économique (Next, Panalpina, Rolls Royce, SKF et UPM font partie de cette catégorie selon Exane).
  • Vendre les sociétés exposées aux dépenses gouvernementales (BAE Systems, Crégit Agricole, Finmeccanica, RBS, Smith & Nephew, Synthes sont cités parmi d’autres).