Le carnet de chèque de Sanofi-Aventis

Pour transformer Sanofi-Aventis, Chris Viehbacher a dégainé très tôt son carnet de chèque. Mais il n’a pas encore réussi à convaincre la Bourse.

Depuis son arrivée à la tête du cinquième groupe pharmaceutique mondial, le 1er décembre 2008, Sanofi-Aventis a connu un parcours boursier volatil, affichant une performance modeste (+5%) par rapport au reste du marché (+20% pour l’indice CAC 40).

Jusqu’ici, la croissance du groupe a reposé pour l’essentiel sur la découverte de nouvelles molécules et le développement de médicaments. Une stratégie de plus en plus difficile à poursuivre face à des autorités sanitaires plus exigeantes sur l’efficacité et le coût des traitements et aux fabricants de génériques, toujours aux aguets pour récupérer les produits tombant dans le domaine public. Sanofi a subi plusieurs revers cuisants (Acomplia/Rimonabant). Ces retards à trouver de nouveaux « blockbusters » (médicaments générant plus de 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires) pèse sur la croissance bénéficiaire de l’entreprise, qui tente de compenser en réduisant ses coûts…

Durant qu’il est à la tête du groupe, Viehbacher est passé à la vitesse supérieure sur le front des acquisitions (tableau).

Cible

Prix payé (mlns)

Date

Remarques
Merial

$4.036

17/09/2009 Santé animale
Shantha Biotechnics

€571

31/08/2009 Vaccins (Inde)
BiPar Sciences

$486

27/04/2009 Biopharmacie
Medley

€348

27/04/2009 Génériques (Brésil)
Zentiva

€1.200

11/03/2009 Génériques (Rép.Tchèque)

Le groupe a investi plus de 5 milliards d’euros et disposerait d’une enveloppe de 30 milliards selon les estimations de plusieurs courtiers. De quoi s’attaquer à des proies de taille plus significative.

Viehbacher cherche de nouvelles voies pour remettre Sanofi-Aventis sur les rails d’une croissance plus soutenue des ventes. Parmi les nouveaux axes figurent les génériques, les médicaments vendus sans ordonnance (OTC où le groupe était déjà présent, à la marge), la santé animale ou les « alicaments ». Sanofi entend aussi poursuivre le développement de sa franchise dans les vaccins, où il est n°1 mondial. Ces « nouveaux » métiers ont représenté un peu moins de 6 milliards d’euros de chiffre d’affaires l’an dernier, soit 20% des ventes consolidées. La présence de Sanofi dans les marchés émergents (25% des ventes annuelles) est également considérée comme stratégique.

Sanofi-Aventis ne semble toutefois pas près de retrouver son statut de valeur de croissance. Le groupe dépend encore largement de la vente de médicaments majeurs (« blockbusters »), et de sa capacité à protéger les franchises existantes, notamment 3 classes thérapeutiques – diabète, oncologie et cardiovasculaire – qui ont représenté l’an dernier 82% des ventes de médicaments vedettes.

En janvier, Natixis Securities estimait au contraire que les médicaments vedettes – en dehors de Lantus (21%) – n’ont plus qu’un poids marginal dans la valeur du titre. Les vraies sources de valeur pour Sanofi sont les vaccins (29%), les génériques (7%), les émergents (18%) et les produits d’automédication (6%).

Malgré cela, les investisseurs sont toujours très attentifs à la capacité du groupe à préserver l’exclusivité de ses médicaments vedettes. Aussi, l’annonce la semaine dernière de la perte de l’exclusivité des ventes du Lovenox (thrombose veineuse) aux Etats-Unis a lourdement pesé sur le titre. Lovenox est le deuxième médicament le plus vendu du groupe. Cette nouvelle a contraint Sanofi-Aventis à lancer un avertissement sur résultat et à reprendre l’initiative. Concomitamment à cette annonce, la presse évoquait l’intérêt de Sanofi-Aventis pour l’américain Genzyme Corporation.

Selon UBS, d’autres cibles pourraient tomber dans l’escarcelle du groupe, parmi lesquelles les américains Allergan, Biogen Idec, Celgene ou Gilead Sciences. « Le rachat d’une société de biotechnologie américaine serait une bonne opération stratégique pour plusieurs raisons : Sanofi est le seul acteur de son secteur à ne pas disposer de réelles capacités biotechnologies ; Sanofi doit mieux diversifier géographiquement ses ressources en R&D ; une acquisition apporterait des capacités additionnelles de production et élargirait les options du groupe (biosimilaires) », écrivait lundi Gbola Amusa, analyste chez UBS, dans une note aux investisseurs. UBS a un avis neutre et un objectif de cours de 47,5 euros sur le titre.

Il n’est donc pas certain qu’une acquisition d’envergure à elle seule permette au titre de retrouver les multiples de valorisation du passé (P/E médian de 15,9 pour une rentabilité des fonds propres médiane de 15,9%). Actuellement, le titre se traite sur un multiple de bénéfice par action 2011 de 7,3 et vaut 4,9 fois le résultat d’exploitation.

Après avoir déboursé plus de 5 milliards d’euros en acquisitions l’an dernier, Chris Viehbacher doit maintenant démontrer que le profil de croissance bénéficiaire de Sanofi est en train de changer. Le retour à une rentabilité des fonds propres plus en phase avec le passé serait un premier pas dans le bon sens. En gros, le nouveau patron du géant pharmaceutique doit encore faire la preuve qu’il sait dépenser utile.