Accor, bateau ivre ?

Avec l’éviction de son PDG (à deux jours de son AG), Accor plonge dans une nouvelle période d’incertitude. C’est à se demander si la présence d’Eurazeo et de Colony Capital, aux commandes du groupe hôtelier sans en avoir payé le prix, apporte quoi que ce soit de positif aux autres actionnaires minoritaires. Lire la suite

Accor: une éviction mal venue – Oddo

Selon la presse, Dennis Hennequin pourrait être évincé de la direction d’Accor, suite à des désaccords stratégiques avec les actionnaires de référence du groupe hôtelier – Eurazeo et Colony Capital. Oddo estime pourtant que la stratégie du PDG est la bonne et que cette nouvelle, si elle se confirmait, pourrait remettre en cause les décisions prises jusqu’ici. Un sentiment partagé par d’autres brokers. Lire la suite

Carrefour: nouvelle tête, vieux problèmes

Rien ne change chez Carrefour, si ce n’est ses dirigeants. Le groupe de distribution a officialisé le prochain départ de Lars Olofsson, et son remplacement par Georges Plassat.  Le troisième changement de PDG en 4 ans. Dans la foulée, Pierre Bouchut quitte le groupe. Lire la suite

Carrefour: un éclairage intéressant apporté par CM-CIC

Après les rumeurs de changement à la tête de Carrefour, démenties vendredi dernier par le conseil d’administration (que préside Lars Olofsson…), l’analyste distribution de CM-CIC Securities, Christian Devismes, apporte un éclairage intéressant sur le dossier.  Lire la suite

Carrefour: Plassat serait un candidat crédible-Cheuvreux

Pas encore nommé, déjà adopté. Georges Plassat, dont Le Figaro révèle ce matin la probable nomination à la tête de Carrefour en remplacement de Lars Olofsson, serait un candidat « crédible » selon Cheuvreux.  Lire la suite

Le noeud gordien de Carrefour

Au-delà de sérieux problèmes opérationnels récemment découverts au Brésil, Carrefour est dans une situation financière inconfortable, qu’illustre son deuxième avertissement sur résultat en l’espace de six semaines. Le deuxième distributeur alimentaire au monde derrière Wal Mart semble de nouveau coincé entre deux options qu’il paraît incapable de rendre compatibles : gagner des parts de marché et améliorer en même temps sa rentabilité opérationnelle. Lire la suite

Lucien Barrière: Accor joue la prudence

Groupe Lucien Barrière (GLB) vient de lancer sa mise en Bourse. Avec une action proposée entre 16,1 et 19,6 euros, soit une valorisation comprise entre 575 et 700 millions d’euros, l’opération doit permettre à Accor, détenteur de 49% du capital, de se désengager de manière significative du groupe hôtelier et de casinos (il conserverait 6,4% environ). Lire la suite

CAC41

Edenred, la filiale de services scindée du groupe hôtelier Accor, fera une apparition temporaire dans l’indice CAC40, qui comportera pour l’occasion 41 valeurs, a indiqué jeudi soir NYSE Euronext.

L’agence Reuters rapporte de son côté que le cours de référence pour la première journée de cotation (aujourd’hui) sera 11,4 euros, soit dans le bas de fourchette des estimations (11 à 14 euros selon les dirigeants d’Accor; la fourchette est en faite plus large sur la base des prévisions des analystes, Cf. tableau).

Beaucoup d’investisseurs attendaient de savoir à quel prix le titre aller se vendre pour éventuellement constituer une ligne. A 11,4 euros, Edenred capitalise en effet 16,8 fois le bénéfice net courant par action 2009, soit un multiple plutôt élevé, mais justifié par les ambitieux projets de croissance de la société. Reste qu’en milieu de fourchette, la valorisation du titre était encore plus exigeante sur le papier, d’où l’hésitation de certains gérants.

La moyenne des objectifs des principaux brokers ayant fait un travail de valorisation ressortait à 15 euros, soit un multiple de 22 fois le résultat prévu pour 2010 et 19,6 fois celui de 2011, contre 16,7 et 14,9 sur la base du prix annoncé…

Dans un marché particulièrement volatil, Accor, ses conseils de la société et ses principaux actionnaires d’Accor (Colony Capital et Eurazeo – artisants de la scission du groupe) ont visiblement préféré jouer la prudence pour ne pas transformer une opération de « création de valeur » en fiasco boursier.

Le cours d’Edenred est disponible sur le site de NYSE Euronext. Vendredi, à l’ouverture, Edenred a coté 13 euros. Cela semble traduire une demande plutôt soutenue et un léger mouvement d’arbitrage au détriment d’Accor: sur la base de 11,4 euros, du cours de clôture d’Accor (37,125 euros) et du dividende de 1,05 euro, la valeur implicite d’Accor en clôture était de 24,675 euros. Accor a ouvert à 24,4 euros (-1,1%).

Edenred a clôturé à 14,80 euros, au terme de sa première journée de cotation (+29,8%), avec 16,3 millions de titres échangés (soit 7,2% du capital de la société). Accor a terminé à 23,53 euros (-4,6%) avec un volume d’échange de 2,9 millions.