Pourquoi PagesJaunes cartonne en Bourse

Au-delà des arguments techniques avancés sur certains sites, l’envolée boursière de PagesJaunes (qui part de niveaux particulièrement bas) s’explique pour bonne partie par la refonte de l’actionnariat. Selon Natixis, le rebond pourrait perdurer si PagesJaunes rassure sur l’évolution de ses résultats et démontre une capacité à maîtriser la transformation de son modèle économique. Lire la suite

PagesJaunes toujours plus bas

La chute boursière de PagesJaunes a pris des proportions inédites depuis cet été. Un plongeon qui comprend sans doute beaucoup d’irrationalité, mais aussi un ensemble de questions sur l’avenir même de l’éditeur d’annuaires – jusqu’ici sans réponse convaincante.  Lire la suite

Le Private Equity reprend vie

NBTY, un fabricant américain de compléments nutritionnels, coté à Wall Street, a annoncé hier un projet de rachat et de retrait de la cote par le fonds d’investissement Carlyle Group d’un montant de 3,9 milliards de dollars (55 dollars par action). C’est l’une des plus grosses transactions depuis l’éclatement de la crise financière, qui avait soudainement gelé l’accès des fonds de private equity au crédit bancaire.

Cette opération montre aussi un regain d’activité significatif depuis l’an dernier, nous dit aujourd’hui Thomson Reuters. Ce fournisseur de données financières dénombre à ce jour 485 transactions de fonds de private equity sur des cibles américaines pour un montant de 46,8 milliards de dollars, soit trois fois plus que l’an dernier au cours de la même période.

Carlyle est en tête des fonds les plus actifs avec 6,9 milliards de dollars de transactions, devant Texas Pacific Group (6 milliards de dollars). Le secteur de la santé-pharmacie est très prisé des fonds de private equity avec 7,8 milliards de transactions, soit 17% du total des opérations réalisées à ce jour, selon Thomson Reuters.

On apprend par ailleurs que TPG et l’activité Private Equity de Goldman Sachs ont racheté pour 1,2 milliards d’euros le producteur de couches Ontex, détenu jusqu’ici par leur concurrent Candover. C’est la plus grosse transaction de l’industrie en Europe, devant l’acquisition de Pets at Home par KKR.

Ontex a réalisé en 2009 un chiffre d’affaires de 1,1 milliard d’euros (stable) et a dégagé un excédent brut d’exploitation (EBITDA) de 150,3 millions d’euros (contre 94,8 millions en 2008). Les détails de la transaction ne sont pas connus, mais sur la base du prix annoncé, Ontex est valorisé 8 fois l’excédent brut d’exploitation. En Bourse, les sociétés du secteur de l’alimentation et des produits d’hygiène se traitent actuellement 9,2 fois l’EBITDA 2009 et 1,58 fois le chiffre d’affaires (source : Exane BNP Paribas).

PagesJaunes et le mur de la dette

Depuis le paiement fin 2006 d’un dividende exceptionnel de 9 euros par action, financé par endettement, le titre PagesJaunes a un parcours moribond. Les investisseurs ont placé le titre de l’éditeur d’annuaires sur liste rouge, estimant que la transition de ses services du papier vers Internet ne va pas assez vite, mais également que la dette destinée à les amadouer, remboursable in fine (en 2013), représente  une perspective peu réjouissante pour les finances du groupe. Lire la suite