LVMH: 1er trimestre sauvé par la distribution sélective, Vuitton ralentit

LVMH publie un chiffre d’affaires de 6,95 milliards d’euros pour le 1er trimestre 2013, en hausse de 5,5% (dont +7% (arrondis) en organique). Les ventes ont été tirées par la distribution sélective (+17% en organique), tandis que la division Mode & Maroquinerie (Vuitton, Fendi, Céline…) affiche 3% en organique (et +0,4% en publié). Lire la suite

L’Oréal: si Nestlé vend ses 30%, le titre vaut 167 euros – Exane

Dans une étude intitulée « Réaction en chaîne », Exane BNP Paribas estime que Nestlé vendra sa participation de 29,6% dans L’Oréal (valorisée 22,8 mds€ au cours du marché) pour un montant très supérieur à ce qu’anticipe la Bourse (au groupe de cosmétique ou à LVMH). Une telle hypothèse conduit le broker à revaloriser l’objectif de cours de L’Oréal de 114€ à 167€.

Par voie de conséquence, L’Oréal vendra sa participation dans Sanofi (8,8%, soit 9,5 milliards d’euros au prix du marché). Le groupe pharmaceutique pourrait racheter la moitié de cette participation. Un joli mécano financier qui visiblement passionne les analystes du courtier. Lire la suite

LVMH: une décote de valorisation injustifiée selon Merrill Lynch

Pour Bank of America Merrill Lynch, LVHM affiche pour la première fois une décote de près de 10% par rapport à ses comparables boursiers, alors que le titre s’est toujours traité avec une prime de valorisation comprise entre 5% et 20%. Cette décote présente donc un point d’entrée dont les investisseurs peuvent profiter, estime la banque dans une note publiée ce matin. Lire la suite

Où sont les risques ? Où sont les opportunités ? L’avis des investisseurs – Citi

Citi a publié les résultats de sa dernière enquête auprès des investisseurs: la crise de la zone euro et les décisions politiques européennes sont les principaux facteurs de risque identifiés. Mais pour la majorité des gérants interrogés, les actions européennes et UK devraient afficher des performances supérieures à 5% d’ici la fin de l’année (30% voient un rebond de 10% et +). Lire la suite

SocGen lance le suivi du secteur du luxe: oh surprise, avec un avis positif!

Thierry Cota, analyste de la Société Générale qui couvrait jusqu’ici le secteur des télécoms, s’est découvert une nouvelle passion: le luxe. Et à grand peine, nous propose-t-il pas moins de 210 pages pour nous en parler avec l’initiation de couverture du secteur et de 8 sociétés (cf tableau). Et surprise: la vue de la banque est positive, fondée sur une prévision de croissance particulièrement optimiste (+9-10%/an au cours des 3 prochaines années, puis 5-6% par la suite). Lire la suite

CAC 40: 3/4 des sociétés ont publié; leurs profits ont chuté de 30% en 2012

Les trois quarts des sociétés du CAC 40 ont publié leurs résultats 2012 et fait leurs commentaires sur 2013. A l’heure actuelle, si l’activité des groupes cotés est en croissance de 4% en cumulé, les marges opérationnelles (RO/CA) sont sous pression, puisqu’elles sont passées de 11,6% à 9,4%. Le résultat net cumulé (part du groupe) des 30 sociétés accuse lui une chute de 30% à 43,8 milliards d’euros.

On notera qu’en moyenne, la réaction du marché à ces publications a été négative de 0,85%, avec des variations journalières allant de +7,7% (Renault) à -4,9% (Alcatel-Lucent).

Précision: cette analyse n’inclut par Pernod-Ricard ni Alstom (exercices décalés).

PPR: recentrage et rattrapage boursier

La publication des résultats annuels de PPR vendredi dernier a été justement saluée par la Bourse et les analystes. En particulier, le recentrage sur les métiers du luxe s’avère une très bonne affaire pour ses actionnaires, à commencer par la famille Pinault. Mais cette stratégie permet aussi à PPR de réduire considérablement sa décote de valorisation par rapport au leader mondial du luxe, LVMH. Il semble même sur le point de le dépasser. Lire la suite

SBF120: ratios boursiers (P/E, P/B, EV/EBITDA, FCF Yield)

La valorisation des sociétés membres du SBF120, en quelques ratios. Pour aller plus loin, je vous renvoie vers cet outil, que j’ai développé.

Source: Factset, weeko

Source: Factset, weeko

Lire la suite

LVMH: commentaires de brokers

LVMH pâtit de l’annonce d’une baisse des marges en 2012. Le titre signe la « plus forte » baisse de la Bourse de Paris (-1,6% – y a pas le feu au lac). Voici quelques commentaires de brokers. Lire la suite

Luxe: Exane s’intéresse aux histoires de revalorisation boursière

Luca Solca, ancien patron de la recherche de Cheuvreux, est retourné à ses premières amours – les valeurs du luxe – chez Exane BNP Paribas. Il publie aujourd’hui une première longue étude sur le secteur, recommandant aux investisseurs de s’intéresser aux histoires de revalorisation boursière, notamment à Richemont et Swatch. Ils pourront aussi regarder des champions de la croissance dans la maroquinerie comme Prada ou Burberry. Lire la suite

Quels sont les titres à gros béta ?

Source: Factset, calculs weeko

Source: données Factset, calculs weeko

Un investisseur qui souhaiterait théoriquement surperformer le marché devrait en toute logique privilégier les titres à béta élevé… Le graphique ci-dessus produit le béta de chaque titre composant le SBF 120. Le béta est calculé sur un historique de données hebdomadaires au cours des 2 dernières années (on a pris en réalité 101 données par série, certains titres n’ayant pas encore 2 ans complets de cotation (cas d’Aperam par exemple).

Rendement total du SBF 120: performance par titre

Source: Factset, weeko

Source: Factset, weeko

Les performances affichées intègrent les dividendes réinvestis. Lire la suite

Le thème de la consommation émergente a encore du jus

David Finch, stratégiste chez Exane BNP Paribas, joue les « Dr No »: non, le re-rating des valeurs de consommation exposées aux émergents n’est pas terminé; non, les moteurs de performance de ces sociétés n’est pas affecté par le ralentissement des économies émergentes; non, la bonne tenue du panier de titres proposé par Exane ne tient pas uniquement à l’absence de valeurs financières dans ce portefeuille. Lire la suite

France: préférer les actions aux obligations – Citi

2013 sera-t-elle la fin de l’exception française ? Selon une étude de la banque américaine Citi, la détérioration de la situation économique devrait se poursuivre (contraction de 0,2% du PIB réel l’an prochain). Elle pourrait bien peser sur la performances des obligations du Trésor (l’une des meilleures performances en Europe depuis 2009). Pour Citi, le pays s’expose en effet au risque de dégradation de ses perspectives, voire de sa note de crédit. Dans le même temps, le déséquilibre entre offre et de demande (moins de flux acheteurs, des émissions nettes estimées à 170 milliards d’euros) pourrait bien peser sur la performance des OAT l’an prochain. A contrario, les actions françaises devraient enregistrer une progression de 10% (après +5,8% YTD). Toutefois, la banque conseille une sélection de titres qui privilégie les histoires de croissance exposées à la demande internationale. Les actions françaises, oui. Les OAT, non… Lire la suite

« Champions du monde »: un thème toujours attrayant – Citi

Le thème des « champions du monde » développé par Citi (et quelques autres brokers, mais sous des noms différents et via des méthodologies plus ou moins complexes) reste d’actualité: le rythme de croissance de l’économie mondiale demeure faible (2,5% en 2012 et 2013 selon les économistes de JPMorgan), la divergence entre pays émergents et pays développés est marquée, tout comme la situation bilantielle des agents économiques. Autant d’éléments qui rendent toujours attrayant la recherche d’entreprises de qualité capables d’afficher une croissance bénéficiaire durablement supérieure à celle de l’économie. Lire la suite

Idées d’investissement: recherche de rendements stables

Les investisseurs sont à la recherche de rendements stables. A travers son approche fondamentale basée sur la rentabilité cash du capital investi (CROCI), Deutsche Bank a établi une liste de valeurs ayant réussi à maintenir leur rentabilité depuis 2009 et capable de préserver leur avantage concurrentiel dans les années à venir (en particulier car elles n’ont pas opéré de réallocation hasardeuse de leurs ressources en capital). Ces actifs à rendement « sûr » proposent un rendement supérieur à 6%. Lire la suite

PPR: La Fnac, un boulet en moins

C’est officiel. La Fnac sortira du périmètre d’activité de PPR l’an prochain. La mise en Bourse du distributeur de biens culturels dépendra en grande partie des conditions de marché. L’opération permettra à la holding d’avancer un peu plus vers un statut de « pure player » de la mode et du luxe. Lire la suite

Quelques idées d’investissement

Deutsche Bank a publié une nouvelle livraison de son analyse basée sur le CROCI, laquelle contient un screening du marché mondial des actions. Avec quelques idées d’investissement intéressantes, sélectionnées par les analystes de la banque. Lire la suite

Quality Street

Au regard d’un environnement économique plus qu’incertain, la qualité est un point de repère toujours utile pour les investisseurs en actions, selon les stratégistes de Citi. « Europe SA n’est pas le PIB européen », affirment-ils dans une étude datée du 9 août. Lire la suite

Traverser la tempête

« At the end of last year we developed, with our analysts, four themes that we argued would drive relative stock performance in 2012 . These were: Earnings resilience; Structural growth; Balance-sheet strength; Pricing anomalies.
Essentially, we argued that quality companies with decent balance sheets, earnings that were unlikely to buckle in a weak economic environment and long-term growth prospects in their core businesses would be likely to outperform through the up and down swings. Fortunately, with the weakness of markets over the past couple of years, our analysts found plenty of such companies at reasonable valuations.
We still think these are valid themes, since the fundamental macro picture has not changed. Therefore, we have asked our analysts to refresh their ideas for stocks that best fit these themes. »

Lire la suite

Profil financier du CAC 40

Profil Financier CAC40
h/t Agefi.

Lien vers un article du quotidien financier, évoquant le faible niveau de valorisation de l’indice (1x les fonds propres), et où ce document est cité.

 

François Hollande élu… Premiers commentaires de brokers

On commence par cette note d’Exane BNP Paribas: Lire la suite

LVMH: remarquable mais peu abordable

LVMH détonne encore une fois. Les résultats annuels publiés hier soir sont de grande qualité, il faut le reconnaître. La valorisation du titre retrouve des niveaux que je trouve personnellement peu abordables, mais largement justifiés par la qualité des fondamentaux du groupe de luxe.  Lire la suite

LVMH: commentaires de brokers

Après la publication des résultats annuels de LVMH, les commentaires des analystes sont globalement plutôt positifs: « de bon augure pour 2012 » pour Oddo, « des performances excellentes » pour SG, « en ligne » pour Bank of America Merrill Lynch. Cheuvreux, Merrill Lynch, Oddo, SG et Nomura ont tous relevé leur objectif de cours. Lire la suite

Publications de chiffre d’affaires/résultats – 2 février 2012

LVMH: Résultats 2011

Christian Dior: Résultats 2011

Altran: Chiffre d’affaires 2011

BonduelleChiffre d’affaires semestriel 2011-2012

Cegedim: Chiffre d’affaires 2011

Dalet: Chiffre d’affaires 2011

GFIChiffre d’affaires 2011

Ipsen: Chiffre d’affaires 2011

Les Nouveaux Constructeurs: Chiffre d’affaires 2011

Maurel & Prom: Chiffre d’affaires 2011

NRJ Group: Chiffre d’affaires 2011

Quantel: Chiffre d’affaires 2011

Tipiak: Chiffre d’affaires 2011

Vicat: Chiffre d’affaires 2011

Christian Dior: LVMH avec une décote ?

Il y a quelques jours, Société Générale a publié une étude recommandant fortement l’achat de Christian Dior, la holding de contrôle cotée de LVMH, estimant que le changement possible de couleur politique au sommet de l’Etat en mai prochain pourrait se traduire par une accélération du calendrier de simplification des structures de l’empire de Bernard Arnault (rachat des minoritaires). Lire la suite

Valeurs préférées de Cheuvreux en France: à peine lancée, déjà modifiée

Décidément, chez Cheuvreux, les (très) bonnes idées ont la vie courte… J’ai récemment publié un post sur cette sélection de valeurs pour 2012, annoncée la semaine dernière. Et bien une première victime est à l’honneur aujourd’hui: BNP Paribas, remplacé par LVMH. Lire la suite

Citi voit le DJ Stoxx 600 à 285 pts fin 2012 (+18%)

Enfin un courtier qui voit les marchés actions en hausse l’an prochain: Citi voit le DJ Stoxx à 285 points en décembre 2012 (contre 240.73 points vendredi en clôture). Mais cette hausse des actions européennes se ferait surtout par une expansion des multiples de valorisation, laquelle contrebalancerait une contraction de 10-15% des profits l’an prochain. Un pari pour le moins hardi alors que bon nombre d’inconnues (crise de la dette, récession en Europe) laissent plutôt présager d’une année boursière 2012 au moins aussi volatile qu’en 2011, et toujours dominée par la macro-économie. Lire la suite

Exposition des sociétés européennes au Japon

Citi a publié une note (datée du 14 mars) passant en revue l’exposition des entreprises européennes à l’économie japonaise. Ci-joint un tableau comprenant les sociétés les plus exposées (luxe, réassurance, équipements télécoms, semi-conducteurs, automobile, compagnies aériennes, pharmacie, tabac). Lire la suite

Japon: étonnant silence des groupes français

Voilà 3 jours qu’un tremblement de terre et un tsunami ont ravagé les côtes pacifiques du Japon, notamment la préfecture de Miyagi. Les médias japonais, notamment NHK World (version anglaise de la chaîne japonaise), font été de besoins importants en eau, nourriture et couvertures dans une région où il fait particulièrement froid en cette période de l’année. Bizarrement, cela soulève peu de marques de solidatiré des groupes français, à commencer par les marques de luxe (LVMH, PPR, Hermès), qui réalisent une part encore importante de leur chiffre d’affaires (9% pour LVMH; 6% pour PPR). A moins que le Japon ne soit plus la vache à lait qu’il a été pendant de longues années… On attend une réaction, messieurs Arnault, Pinault et consorts… On notera le même silence de la part d’autres groupes ayant une longue présence historique, comme Air Liquide. Les sites Internet de ces entreprises sont désespérément vides de réactions à la situation du Japon. C’est bien triste.

LVMH a gagné 1 milliard grâce à Hermès

Le communiqué de presse des résultats 2010 de LVMH ne comportait pas vraiment de surprise: les résultats sont bons, voire meilleurs que prévu. Le plus intéressant, ce sont les comptes du groupe de luxe, qui dans les annexes, donnent la « version des faits » sur la montée au capital d’Hermès, opération qui a rapporté 1 milliard d’euros au groupe de Bernard Arnault (résultat comptable, précisons). Lire la suite

France: comment Cheuvreux prépare 2011

CA Cheuvreux vient de publier son étude France Top Picks 2011, dont nous avions donné les valeurs favorites récemment. Dans l’introduction de cette note de 56 pages, Laurent Poinsot, patron de la recherche en France passe en revue l’année 2010. Voici in extenso ses commentaires avec en introduction une question plutôt étonnante pour un broker adepte de la rotation des portefeuilles : « Est-ce que 2010 n’a servi à rien ? » Lire la suite

Disciple de Graham (6): Pierre Nebout (LCF E. de Rothschild)

Pierre Nebout fait partie des rares gérants qui ont, de mon point de vue, une vraie démarche d’investisseur sur le long terme, et qui s’inscrivent de ce fait dans les pas de Benjamin Graham. Lire la suite

Le temps des arbitrages approche chez PPR

PPR peut remercier Exane BNP Paribas. Le titre du groupe de luxe et de distribution bénéficie d’un relèvement de recommandation du courtier, qui lui permet d’être en tête des plus fortes hausses du CAC 40 depuis le 1er janvier avec un bond de 30%. Lire la suite

La grande consommation innove en période de crise

Aux Pays-Bas, une nouvelle boisson, « Jillz », faite de cidre, d’orge et d’eau fruitée, a été lancée l’an dernier, avec pour cible première les femmes de 18 à 35 ans. Avec ce nouveau produit, Heineken espère convaincre les femmes qui goutteraient peu à ses bières. De son côté, Henkel a mis sur le marché une ligne de produits coiffants enrichis de phéromones, destinés à… attirer le regard des femmes. L’efficacité n’a pas été démontrée, mais ces nouveautés montrent qu’en période de crise, les groupes de grande consommation maintienne leur effort d’innovation pour ne pas perdre leurs clients et se faire distancer par les concurrents.

L’année 2009 a vu les ventes des 50 plus grands groupes mondiaux du secteur progresser de 0,6%, après un bond de 13,3% en 2008. Preuve de leur résistance ? Pas tout à fait. Leur marge opérationnelle médiane a stagné à 14,6% du chiffre d’affaire, selon la 9ème édition du baromètre annuel du secteur réalisé par le cabinet de conseil OC&C Strategy Consultants, alors que l’année 2009 a été marquée par une baisse du prix des matières premières. Baisse qui a été en grande partie « rendue » aux consommateurs et aux distributeurs. Compte tenu d’un environnement économique incertain, l’année 2010 sera peut-être meilleure en termes de ventes, mais plus difficile sur le plan des profits. « Le mouvement de glissement vers les marques de distributeur (MDD) et les premiers prix dans les grandes marques est un mouvement de fond », estime Jean-Daniel Pick, associé chez OC&C.

A court terme, les groupes ont tous engagé des restructurations lourdes. Elles ont atteint 4,1% des ventes, soit plus que leurs investissements dans la création de nouvelles capacités de production ou dans la modernisation des unités existantes. A plus long terme, l’innovation reste le maître mot pour rester compétitif. Innover, cela veut dire coller au plus près aux attentes des clients, avec une offre plus large (premiers prix, produits premium) et une segmentation plus fine: par sexes, par thèmes (bien-être ou naturel, côté fonctionnel ou pratique des produits).

La crise n’a pas « paupérisé » la consommation. Mais elle a rendu les consommateurs plus malins, capables d’arbitrages entre les produits et les marques. Une tendance qu’il est désormais important pour elles de savoir capter en étant plus réactives. Une enquête présentée par OC&C, réalisée par Datamonitor, montre qu’à la question: « Je renonce à certaines de mes marques préférées pour économiser », 45% des personnes interrogées dans le monde répondent par l’affirmative (peu ou totalement d’accord), avec des taux de réponse élevés dans les pays d’Europe occidentale, aux Etats-Unis, mais également dans certains pays émergents comme l’Inde (43%), ou la Chine (38%).

Cet environnement est donc favorable aux marques de distributeurs. Face à ce mouvement de fond, « les marques n’ont d’autre alternative que d’investir pour se différencier », explique Jean-Daniel Pick. Leurs efforts de R&D sont maintenus, tout comme les dépenses publi-promotionnelles. Les restructurations viennent en complément pour être en mesure d’absorber l’évolution du prix des matières premières (en baisse l’an dernier, mais cela ne devrait pas durer).

Pourrait-il y avoir des rapprochements entre grands groupes de consommation et MDD ? Un sujet « tabou » dans l’industrie, souligne le consultant, qui note toutefois l’existence de quelques groupes qui n’hésitent pas à attaquer leur marché en étant présent sur tous les créneaux, comme dans les produits laitiers par exemple.

Hiérarchie

L’étude d’OC&C montre également que la hiérarchie mondiale des groupes de consommation a été peu bousculée par la crise. Le leader mondial reste Nestlé, suivi de Procter & Gamble, Unilever, PepsiCo, Kraft Foods et AB Inbev. Le premier groupe français est L’Oréal (11è), devant Danone (13è), Pernod Ricard (36è), LVMH (43è).

En matière de croissance, Danone a perdu l’an dernier son titre de champion mondial avec une progression moyenne des ventes de 7,6% entre 2004 et 2009, au profit de Reckitt Benckiser (8,5%).

Dans le domaine des fusions-acquisitions, seules 5 opérations ont dépassé le milliard de dollars en termes de valeur d’entreprise. La plus grosse opération a été le rachat de Cadbury par Kraft (VE de 21,4 milliards de dollars), suivi de l’opération de reprise de PepsiCo sur ses embouteilleurs nord-américains (VE de 10,3 milliards de dollars).

La menace « émergents »

Les pays émergents sont souvent présentés par les entreprises comme une opportunité, un eldorado à conquérir. Mais ces pays vont aussi devenir des menaces pour ces mêmes entreprises. Les salariés des champions nationaux le savent déjà, puisqu’ils sont mis en concurrence avec les « petites mains » de nombreux pays émergents, en commençant pas la Chine. La Chine, l’Inde, le Brésil… sont aussi la patrie de groupes multinationaux qui représentent de plus en plus une concurrence sérieuse pour les occidentaux. Jusqu’ici, nombreux étaient ceux qui comptaient sur leur « avance technologique » pour se démarquer. C’est de moins en moins vrai.

Partant du constat de cette « menace émergente », la Société Générale publie jeudi une étude sur ce thème. Quels sont les groupes qui sont vraiment en mesure de tirer parti de l’opportunité liée aux marchés émergents. Quels sont ceux qui, au contraire, risquent d’en pâtir ?

La banque publie deux listes de valeurs: celles qui sont affectées, à plus ou moins brève échéance, à la menace des nouveaux acteurs émergents, et celles qui seront en mesure de tirer parti de la croissance des pays émergents. Cette dernière liste de valeurs ne permet pas d’éviter la correction des marchés (SG évoque une surperformance de sa liste, ce qui est vrai en relatif aux indices européens et émergents, mais faux sur le plan de la préservation du capital).

Baptisée « SG European Exposure to Emerging Markets », le panier de valeurs qui profiteront des émergents comprend les sociétés suivantes: Anheuser-Busch Inbev, Beiersdorf, BHP Billiton, BBVA, Carrefour, Diageo, Ericsson, HSBC, Inditex, LVMH, Nestlé, Prudential, Renault, Saipem, Santander, Schneider Electric, Siemens, Standard Chartered, Technip, Unilever, Veolia Environnement, Volkswagen, Xstrata.

Désendettement des Etats et stratégie d’investissement

Le désendettement des Etats va être l’un des thèmes majeurs au cours des prochaines années. Exane BNP Paribas expose sa stratégie d’investissement (en actions) pour s’adapter à cet environnement dans une étude publiée jeudi. Les principales points de l’étude sont les suivants:

  • Acheter des titres offrant un rendement du dividende conséquent et relativement sûr (quelques idées avancées par le broker dans une liste de 11 noms: Vivendi, Vodafone, Deutsche Post).
  • Acheter des titres offrant un potentiel de hausse du dividende (quelques noms cités: AstraZeneca, Heineken, Carrefour, Sanofi-Aventis, SAP, Reed Elsevier).
  • Rechercher les champions de la croissance des résultats, quel que soit l’environnement (Adidas, LVMH, Standard Chartered, Autonomy, SES sont évoqués).
  • Vendre les valeurs très sensibles au cycle économique (Next, Panalpina, Rolls Royce, SKF et UPM font partie de cette catégorie selon Exane).
  • Vendre les sociétés exposées aux dépenses gouvernementales (BAE Systems, Crégit Agricole, Finmeccanica, RBS, Smith & Nephew, Synthes sont cités parmi d’autres).

Profil d’entreprise: Hermès International (RMS)

En bref

Hermès International est un groupe de luxe indépendant. Fondé en 1837, l’entreprise a décliné sa marque autour de 14 familles de produits (sellerie, soie, maroquinerie, agendas, prêt-à-porter, parfums, horlogerie…). Hermès a également fait le choix d’être totalement intégré, de la production à la vente via à un réseau de magasins détenus en propre.

Marché et concurrents

Avec un chiffre d’affaires de 1,9 milliard d’euros, Hermès pèse peu dans un marché mondial évalué à 153 milliards d’euros (source : Bain & Company). Malgré plusieurs vagues de consolidation, l’industrie du luxe reste atomisée. Dominent quelques grands acteurs multimarques – LVMH, Richemont, Swatch, Gucci Group (filiale de PPR).

Les produits de luxe sont majoritairement distribués par des grossistes (grands magasins, duty free…). La crise a fait la preuve que ce secteur d’activité, dont les produits sont réservés à une clientèle fortunée, n’échappe pas aux récessions.

Alors que l’économie mondiale s’est contractée de 2,2% l’an dernier, les ventes mondiales du secteur ont diminué de 8%, selon le cabinet de conseil Bain & Co. Les ventes d’Hermès ont, elles, fait bien mieux, avec une hausse de 8,5% (4,1% à changes constants). L’année a notamment été sauvée par les fêtes de fin d’année.

Stratégie

Hermès ne définit pas de stratégie à proprement parler (Cf document de référence 2009) . Jean-Louis Dumas, ancien PDG du groupe, définissait le luxe comme « la conscience du rare et l’amour du  beau ». En matière de stratégie, son credo était plutôt la discrétion : « ma politique c’est le silence », affirmait-il (Les Echos, mars 1998).

Son successeur, Patrick Thomas, premier dirigeant non-membre d’une des familles actionnaires du groupe, n’est guère plus prolixe en matière de stratégie (on peut lire son portrait dans Enjeux-Les Echos).

L’axe de développement du groupe est néanmoins de maîtriser de bout en bout la fabrication et la distribution des produits, de préserver un niveau de qualité très élevé et de maîtriser la croissance de l’offre (à un rythme inférieur à la demande). Hermès se développe en préservant la rareté de ses produits.

En retard sur ses concurrents en matière de distribution contrôlée en direct, Hermès a rattrapé ses concurrents au cours des années 2000. Le groupe a intensifié son effort d’investissement dans les périodes de crises. Estimé en moyenne à 7,5% des ventes entre 1994 et 2009, il a fluctué selon les périodes entre 3,4% et 10,3%.

Histoire récente

L’histoire récente d’Hermès n’est pas un long fleuve tranquille. En 2006, Jean-Louis Dumas, gérant de la société, choisit Patrick Thomas comme successeur, après une tentative infructueuse de recruter hors du groupe quelques années plus tôt. La succession s’est passée sur fond de rumeurs de vente de la maison de luxe, démenties à de nombreuses reprises.

Longtemps porté par les soiries, le développement d’Hermès a surtout reposé sur le succès des articles de maroquinerie. Ces derniers ont représenté 49% des ventes en 2009, contre 13% en 1989 (source: Merrill Lynch).

Résultats et objectifs financiers

En 2010, Hermès table sur une progression des ventes d’environ 5% à taux de change constants, après des gains de parts de marché en 2009. Bain & Company prévoit une croissance de 4% du marché mondial cette année.

Sur le plan financier, le groupe n’a cessé d’améliorer son niveau de profitabilité et le cash généré par l’activité tout au long des annéés 1990.

Les années 2000 marquent une évolution plus erratique des marges, voire un certain plafonnement (en dehors des effets de change, le groupe fournit assez peu d’explication dans son document de référence).

Compte tenu du niveau élevé de marge dégagé et de besoins financiers plutôt limités, Hermès autofinance son développement. Le groupe a réalisé peu d’appels au marché et peu d’opérations de croissance externe (John Lobb), principalement sous forme de prises de participation minoritaires (Jean-Paul Gautier). Certaines ont été des échecs (Leica).

Le groupe a un statut de SCA et s’est mis à l’abri de toute prise de contrôle hostile. Il reste une entreprise familiale, qui pourrait très bien vivre en dehors de la Bourse.

Cours de Bourse

Valorisation

© weeko

LVMH n’a plus de potentiel de hausse selon Credit Suisse

Credit Suisse déclasse LVMH de surperformance à neutre, avec un objectif de cours revu de 85 à 89 euros. « Les nouvelles favorables du secteur sont largement intégrées dans le cours et nous voyons peu de potentiel de révision en hausse du consensus », écrit l’analyste.

Pour 2010, le courtier estime que les ventes du groupe de luxe devraient progresser de 6% à périmètre et taux de change constants. Le résultat opérationnel devrait croître de 11%, en ligne avec le consensus.

A 20,5 fois le bénéfice attendu pour 2010, l’action LVMH se traite sur des niveaux supérieurs à sa moyenne historique et à des comparables comme Hermès. Dans le secteur du luxe, Credit Suisse préfère des valeurs comme Swatch ou Richemont. Ces titres devraient bénéficier d’un meilleur mix géographique, d’un effet de levier opérationnel plus significatif (que LVMH), d’une trésorerie importante et d’une valorisation relativement meilleur marché.

CAC40: le cash avant tout

Comme on pouvait s’y attendre, les entreprises du CAC 40 ont été lourdement affectées par la crise internationale déclenchée outre Atlantique. Mais si elles affichent des bénéfices nets en baisse (-27% selon Les Echos, -20% selon mes calculs qui excluent les 2 entreprises à exercice décalé que sont Alstom et Pernod Ricard), leur priorité de 2009 a été la préservation du cash et du bilan. Lire la suite

LVMH : une sortie de crise pétillante ?

Après la récession qui a pénalisé ses métiers les plus rentables, 2010 sera-t-il l’année d’un véritable rebond pour LVMH ? C’est en tout cas ce qu’en attend la Bourse, qui table sur un redressement majeur des activités liés aux ventes de gros et à la poursuite de la croissance des actifs clefs du groupe, notamment Louis Vuitton. Lire la suite