Profil d’entreprise: Accor

Malgré la crise de la zone euro, à laquelle il est relativement exposé, le groupe hôtelier Accor a le vent en poupe (+38% YTD): le fruit d’une bonne tenue de ses résultats, d’une politique active de gestion de son parc hôtelier et d’un recentrage sur des marchés porteurs. Mais toutes ces qualités sont aujourd’hui largement prises en compte par le marché. Accor n’offre plus de marge de sûreté, ce qui signifie que toute déception sur l’évolution des marges ou du cash flow généré par le groupe, ou de nouvelles incertitudes sur l’évolution de la croissance mondiale, pourraient conduire à des prises de bénéfices. Continuer la lecture de « Profil d’entreprise: Accor »

Gros stress

Encore une fois, la Bourse prend peur et ne sait pas où aller. L’investisseur prudent peut lui se frotter les mains. Même si Mr Le Marché lui dit que la « macro » gouverne tout et que l’incertitude politique doit l’inciter à la prudence (ce qu’il fera sans aucun doute), il ne peut s’empêcher de regarder ces titres fortement décotés qu’il mettra dans sa liste de valeurs à surveiller… Continuer la lecture de « Gros stress »

France: comment Cheuvreux prépare 2011

CA Cheuvreux vient de publier son étude France Top Picks 2011, dont nous avions donné les valeurs favorites récemment. Dans l’introduction de cette note de 56 pages, Laurent Poinsot, patron de la recherche en France passe en revue l’année 2010. Voici in extenso ses commentaires avec en introduction une question plutôt étonnante pour un broker adepte de la rotation des portefeuilles : « Est-ce que 2010 n’a servi à rien ? » Continuer la lecture de « France: comment Cheuvreux prépare 2011 »

Accor renonce à la cotation de Lucien Barrière

Le groupe hôtelier Accor a publié hier soir un communiqué de presse annonçant le retrait de l’introduction en Bourse de sa participation de 49% dans Groupe Lucien Barrière (GLB), l’un des principaux opérateurs de casinos en France, également propriétaire de quelques grands hôtels. L’opération est justifiée par le manque d’intérêt des investisseurs.  Accor avait pourtant joué la prudence dans cette opération. Mais l’aversion au risque des investisseurs semble telle que la valeur proposée pour GLB n’était pas suffisamment attrayante…

Lucien Barrière: Accor joue la prudence

Groupe Lucien Barrière (GLB) vient de lancer sa mise en Bourse. Avec une action proposée entre 16,1 et 19,6 euros, soit une valorisation comprise entre 575 et 700 millions d’euros, l’opération doit permettre à Accor, détenteur de 49% du capital, de se désengager de manière significative du groupe hôtelier et de casinos (il conserverait 6,4% environ). Continuer la lecture de « Lucien Barrière: Accor joue la prudence »

CAC41

Edenred, la filiale de services scindée du groupe hôtelier Accor, fera une apparition temporaire dans l’indice CAC40, qui comportera pour l’occasion 41 valeurs, a indiqué jeudi soir NYSE Euronext.

L’agence Reuters rapporte de son côté que le cours de référence pour la première journée de cotation (aujourd’hui) sera 11,4 euros, soit dans le bas de fourchette des estimations (11 à 14 euros selon les dirigeants d’Accor; la fourchette est en faite plus large sur la base des prévisions des analystes, Cf. tableau).

Beaucoup d’investisseurs attendaient de savoir à quel prix le titre aller se vendre pour éventuellement constituer une ligne. A 11,4 euros, Edenred capitalise en effet 16,8 fois le bénéfice net courant par action 2009, soit un multiple plutôt élevé, mais justifié par les ambitieux projets de croissance de la société. Reste qu’en milieu de fourchette, la valorisation du titre était encore plus exigeante sur le papier, d’où l’hésitation de certains gérants.

La moyenne des objectifs des principaux brokers ayant fait un travail de valorisation ressortait à 15 euros, soit un multiple de 22 fois le résultat prévu pour 2010 et 19,6 fois celui de 2011, contre 16,7 et 14,9 sur la base du prix annoncé…

Dans un marché particulièrement volatil, Accor, ses conseils de la société et ses principaux actionnaires d’Accor (Colony Capital et Eurazeo – artisants de la scission du groupe) ont visiblement préféré jouer la prudence pour ne pas transformer une opération de « création de valeur » en fiasco boursier.

Le cours d’Edenred est disponible sur le site de NYSE Euronext. Vendredi, à l’ouverture, Edenred a coté 13 euros. Cela semble traduire une demande plutôt soutenue et un léger mouvement d’arbitrage au détriment d’Accor: sur la base de 11,4 euros, du cours de clôture d’Accor (37,125 euros) et du dividende de 1,05 euro, la valeur implicite d’Accor en clôture était de 24,675 euros. Accor a ouvert à 24,4 euros (-1,1%).

Edenred a clôturé à 14,80 euros, au terme de sa première journée de cotation (+29,8%), avec 16,3 millions de titres échangés (soit 7,2% du capital de la société). Accor a terminé à 23,53 euros (-4,6%) avec un volume d’échange de 2,9 millions.

CAC40: le cash avant tout

Comme on pouvait s’y attendre, les entreprises du CAC 40 ont été lourdement affectées par la crise internationale déclenchée outre Atlantique. Mais si elles affichent des bénéfices nets en baisse (-27% selon Les Echos, -20% selon mes calculs qui excluent les 2 entreprises à exercice décalé que sont Alstom et Pernod Ricard), leur priorité de 2009 a été la préservation du cash et du bilan. Continuer la lecture de « CAC40: le cash avant tout »