Gros stress

Encore une fois, la Bourse prend peur et ne sait pas où aller. L’investisseur prudent peut lui se frotter les mains. Même si Mr Le Marché lui dit que la « macro » gouverne tout et que l’incertitude politique doit l’inciter à la prudence (ce qu’il fera sans aucun doute), il ne peut s’empêcher de regarder ces titres fortement décotés qu’il mettra dans sa liste de valeurs à surveiller… Continuer la lecture de « Gros stress »

Le désamour vis-à-vis des actions est désormais mondial-Citi

Dans leur quête éperdue pour générer des commissions de courtage, les stratégistes de Citigroup ont ressorti un thème qui leur est cher: ce qu’ils appellent la « de-equitisation » (terme inventé en 2003), en français, la restitution de capital aux actionnaires (sous forme de rachats d’actions, de hausses de dividendes ou d’opérations de fusions-acquisitions), prendrait aujourd’hui une dimension mondiale. Continuer la lecture de « Le désamour vis-à-vis des actions est désormais mondial-Citi »

Saint-Gobain, Wolseley, valeurs préférées dans les matériaux de construction pour 2011

Après avoir fait leurs projections sur l’économie, les marchés et les classes d’actifs en fin d’année dernière, de nombreuses banques déroulent en ce moment leurs prévisions sectorielles. La semaine écoulée a vu pas moins de 4 études sur le secteur des matériaux de construction (Citi, Credit Suisse, Exane BNP Paribas et Bank of America-Merrill Lynch). Continuer la lecture de « Saint-Gobain, Wolseley, valeurs préférées dans les matériaux de construction pour 2011 »

Matériaux de construction: Exane privilégie Saint-Gobain et Wolseley

Exane BNP Paribas a publié son étude sur le secteur des matériaux de construction dans laquelle le courtier recommande de privilégier Saint-Gobain (« superformance », objectif 55,5 euros) ou Wolseley (« surperformance », objectif 3.050 pence), qui devraient bénéficier d’une meilleure orientation de leurs résultats que dans des secteurs plus « lourds » comme le ciment. Continuer la lecture de « Matériaux de construction: Exane privilégie Saint-Gobain et Wolseley »

France: comment Cheuvreux prépare 2011

CA Cheuvreux vient de publier son étude France Top Picks 2011, dont nous avions donné les valeurs favorites récemment. Dans l’introduction de cette note de 56 pages, Laurent Poinsot, patron de la recherche en France passe en revue l’année 2010. Voici in extenso ses commentaires avec en introduction une question plutôt étonnante pour un broker adepte de la rotation des portefeuilles : « Est-ce que 2010 n’a servi à rien ? » Continuer la lecture de « France: comment Cheuvreux prépare 2011 »

Le super dividende de Saint-Gobain

S’il est un groupe qui peut réserver une bonne surprise aux investisseurs, c’est bien Saint-Gobain.

Ce spécialiste des matériaux de construction pour l’habitat (plaques de plâtre, laine de verre, distribution, canalisation ou mortiers…), également présent dans d’autres métiers comme les abrasifs, les plastiques de performance ou le textile, doit céder d’ici 2011 son pôle Emballages (« conditionnement »).

Cette division a réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires de 3,5 milliards d’euros et a dégagé une marge d’exploitation de 12,5% (contre 5,9% pour le groupe). Elle a permis au groupe de faire plutôt bonne figure malgré la crise.

La vente de l’emballage, officiellement annoncée début 2007, n’a pu être menée à bien, la crise ayant gelé l’accès au financement bancaire de nombreux fonds de private equity, considérés comme les acquéreurs naturels de ce type d’activité. La situation sur ce front est actuellement en train de changer.

Dans une note du 3 mars, le courtier Crédit Agricole Cheuvreux estime que le pôle emballage pourrait être vendu pour 3,2 milliards d’euros (7 fois le résultat d’exploitation), permettant au groupe de réduire de 40% son endettement et d’envisager de nouvelles acquisitions. En 2007-2008, certains courtiers estimaient la valeur de l’activité entre 3,5 et 4 milliards d’euros.

Les principaux concurrents côtés de Saint-Gobain dans ce métier se traitent actuellement sur un multiple de résultat d’exploitation compris entre 8 et 10 fois le résultat attendu en 2010 (9,2 en moyenne-voir tableau).

Compte tenu d’un résultat qui devrait s’améliorer dès cette année, de la position concurrentielle de l’activité (n°2 mondial), le pôle emballage vaut au minimum 4 milliards d’euros (9,2 X 437 millions d’euros).

Reste maintenant à savoir ce que Pierre-André de Chalendar, le PDG du groupe, sera en mesure de négocier un tel prix et ce qu’il proposera de faire d’une telle somme, une fois un acheteur trouvé.

Après un levée de fonds de 1,5 milliard d’euros en mars 2009, et une gestion très efficace de sa trésorerie, Saint-Gobain devrait continuer de se désendetter à vitesse grand « V » à la faveur d’une reprise même modeste de l’activité.

En cédant le conditionnement (dont la crise a révélé toutes les qualités défensives), Saint-Gobain peut donc envisager de rendre cet argent aux actionnaires qui ont répondu présent lorsque le groupe les a sollicités. A moins que le groupe ne réalise une nouvelle opération de croissance externe significative.

Il faudra toutefois qu’une acquisition soit justifiée sur le plan de la création de valeur pour que les actionnaires de Saint-Gobain acceptent de renoncer à l’occasion unique de toucher un super-dividende.

CAC40: le cash avant tout

Comme on pouvait s’y attendre, les entreprises du CAC 40 ont été lourdement affectées par la crise internationale déclenchée outre Atlantique. Mais si elles affichent des bénéfices nets en baisse (-27% selon Les Echos, -20% selon mes calculs qui excluent les 2 entreprises à exercice décalé que sont Alstom et Pernod Ricard), leur priorité de 2009 a été la préservation du cash et du bilan. Continuer la lecture de « CAC40: le cash avant tout »