Quality Street

Au regard d’un environnement économique plus qu’incertain, la qualité est un point de repère toujours utile pour les investisseurs en actions, selon les stratégistes de Citi. « Europe SA n’est pas le PIB européen », affirment-ils dans une étude datée du 9 août. Continuer la lecture de « Quality Street »

Traverser la tempête

« At the end of last year we developed, with our analysts, four themes that we argued would drive relative stock performance in 2012 . These were: Earnings resilience; Structural growth; Balance-sheet strength; Pricing anomalies.
Essentially, we argued that quality companies with decent balance sheets, earnings that were unlikely to buckle in a weak economic environment and long-term growth prospects in their core businesses would be likely to outperform through the up and down swings. Fortunately, with the weakness of markets over the past couple of years, our analysts found plenty of such companies at reasonable valuations.
We still think these are valid themes, since the fundamental macro picture has not changed. Therefore, we have asked our analysts to refresh their ideas for stocks that best fit these themes. »

Continuer la lecture de « Traverser la tempête »

Perspectives 2012 d’investissement en Europe – Cheuvreux

Comme je l’indiquais dans mon précédent post, le courtier Cheuvreux a publié ses listes de valeurs recommandées pour un ensemble de pays couverts par sa recherche actions. Nous avons vu les recommandations pour la France. Avant d’aller dans d’autres pays, voici le commentaire plus général sur l’Europe délivré par la patron de la recherche, Luca Solca. Continuer la lecture de « Perspectives 2012 d’investissement en Europe – Cheuvreux »

Les idées d’investissement de Cheuvreux pour 2012 sur le marché français

Comme à son habitude, Cheuvreux a publié durant la semaine écoulée sa liste de valeurs préférées pour 2012 sur le marché français (on regardera les recommandations sur l’Europe et quelques autres pays dans de prochains posts). La sélection de 2011 a terminé l’année dans le vert. Au menu de cette année, le courtier propose Air Liquide, BNP Paribas, EADS, Sodexo, Unibail-Rodamco pour les « larges caps »; ADP, Capgemini (!?), CGGVeritas pour les valeurs moyennes. Continuer la lecture de « Les idées d’investissement de Cheuvreux pour 2012 sur le marché français »

Sodexo: croissance attrayante, marges décevantes – BofAML

Bank of America Merrill Lynch réinitie la couverture de Sodexo avec un avis « neutre » et un objectif de cours de 57 euros. Les qualités défensives du titre sont indéniables, mais les analystes de Merrill s’interrogent sur le profil d’évolution des marges et sur la capacité du groupe à rattraper ses concurrents (Compass notamment) en matière de croissance organique sans que cela se fasse au détriment de la profitabilité. Continuer la lecture de « Sodexo: croissance attrayante, marges décevantes – BofAML »

France: comment Cheuvreux prépare 2011

CA Cheuvreux vient de publier son étude France Top Picks 2011, dont nous avions donné les valeurs favorites récemment. Dans l’introduction de cette note de 56 pages, Laurent Poinsot, patron de la recherche en France passe en revue l’année 2010. Voici in extenso ses commentaires avec en introduction une question plutôt étonnante pour un broker adepte de la rotation des portefeuilles : « Est-ce que 2010 n’a servi à rien ? » Continuer la lecture de « France: comment Cheuvreux prépare 2011 »

Les OPRA sont-elles efficaces ?

Au-delà de possibles enjeux de pouvoir, relevés par un courtier ce matin, quels autres motifs peuvent avoir poussé Etam Développement à lancer une offre publique de rachat d’actions portant sur 26,5% de son capital ?

En France, ce type d’opération est assez rare. En 2007, le chercheur Yosra Mellouli, de l’Université de Créteil, a présenté une étude sur le sujet, intitulée « Les Offres publiques de rachats d’actions en France », portant sur la période 1996-2005.

Une OPRA est une opération relativement coûteuse pour une entreprise, car pour réussir elle doit se faire avec une prime de valorisation.

Elle a néanmoins plusieurs types de justifications, selon ce papier de recherche: dépasser les limites des programmes de rachats d’actions (10% du capital), faire ressortir la sous-évaluation d’un titre, préparer un retrait de la cote, se protéger des prises de contrôle hostiles ou « réduire les conflits d’agence au sein de l’organisation ».

L’étude a cherché à estimer l’impact de ces opérations sur le cours de Bourse. Sa conclusion est claire:

« Les résultats des études d’événement montrent que ces annonces sont accueillies par une réaction très favorable des cours. »

L’effet positif sur le cours au moment de l’annonce est en moyenne de 13,38%, selon l’étude, une ampleur comparable à celle observée sur le marché américain. « La réaction positive persiste également après l’annonce: +13,55% durant la période », souligne Yosra Mellouli.

Le montant de la prime offerte dépend de facteurs comme la liquidité, la taille de l’entreprise ou la part du capital racheté.

« L’explication des déterminants de la prime offerte lors de l’offre fait l’objet de la dernière section. Les résultats des régressions linéaires montrent que la faiblesse de la liquidité et de la performance des titres durant la période qui précède l’OPRA semble pousser les entreprises à payer des primes importantes. Il ressort aussi de ces régressions que les entreprises les plus petites, acceptant la sursouscription et visant une fraction de capital importante lors de l’offre sont également incitées à offrir des primes élevées. »

J’ajouterai que la performance du titre post OPRA dépend aussi de l’environnement de marché. Je pense notamment au cas du groupe de restauration collective Sodexo, qui avait annoncé en avril 2008 une offre publique d’achat simplifiée portant sur 7,8% du capital, à 42,5 euros par action. L’opération était alors motivée par la forte génération de cash flow libre et par la volonté d’optimiser la structure financière de la société.

Le jour de l’annonce, le titre s’envola, mais compte tenu de la crise, il évolua par la suite dans une bande comprise entre 32 et 48 euros (graphique).

DISCLAIMER: L’auteur du post détient des titres Etam Développement et Sodexo.