Hausse des actions: plus de place pour les mauvaises surprises

Morgan Stanley s’accroche à son message de prudence sur les actions, qui lui a fait louper le rebond des indices boursiers depuis cet été. L’argument ? Les niveaux de valorisation des actifs dans les pays développés sont tels qu’ils ne supporteraient pas une mauvaise nouvelle. Or, le risque fiscal aux Etats-Unis et en Europe prend de l’ampleur et pourrait provoquer une correction dans les six mois à venir. Continuer la lecture de « Hausse des actions: plus de place pour les mauvaises surprises »

Fiscal Cliff: bis repetitae ?

Un petit rappel de ce qui s’est passé l’an dernier au moment du débat fiscal aux Etats-Unis (merci à David Kostin chez Goldman Sachs).

Source: Goldman Sachs

Scénario macro-économique: l’austérité toujours et encore

Quand passera-t-on le pic d’austérité? En Europe, cette année, selon les économistes de Deutsche Bank. Aux Etats-Unis, en revanche, il faudra sans doute attendre l’an prochain. Chez JPMorgan, on estime que la « falaise fiscale » coûtera 1 point de croissance à l’économie américaine en 2013. La patate chaude de l’austérité devrait donc traverser l’Atlantique, ce qui ne donnera peut-être qu’un demi-bol d’air aux européens. Continuer la lecture de « Scénario macro-économique: l’austérité toujours et encore »

Revue de la semaine sur les marchés

Les investisseurs sont revenus vers les actifs à risque tandis que les marchés obligataires ont légèrement reculé. Le crédit reste une classe d’actif recherchée, avec un nouveau resserrement des spreads. L’un dans l’autre, les portefeuilles intègrent un scénario de croissance économique molle et de recul de la croissance bénéficiaires, mais ils intègrent aussi une réduction des risques extrêmes. Continuer la lecture de « Revue de la semaine sur les marchés »

« Champions du monde »: un thème toujours attrayant – Citi

Le thème des « champions du monde » développé par Citi (et quelques autres brokers, mais sous des noms différents et via des méthodologies plus ou moins complexes) reste d’actualité: le rythme de croissance de l’économie mondiale demeure faible (2,5% en 2012 et 2013 selon les économistes de JPMorgan), la divergence entre pays émergents et pays développés est marquée, tout comme la situation bilantielle des agents économiques. Autant d’éléments qui rendent toujours attrayant la recherche d’entreprises de qualité capables d’afficher une croissance bénéficiaire durablement supérieure à celle de l’économie. Continuer la lecture de « « Champions du monde »: un thème toujours attrayant – Citi »

Tech: 30 champions du monde, 3 Européens, 0 Français

On peut parler longtemps de politique industrielle et des efforts à réaliser pour redresser la compétitivité (hors coût) de la France. Le fait est là: sur les 30 valeurs les plus intéressantes dans le secteur de la technologie au niveau mondial, réalisé par Citi, la France n’arrive pas à pointer le bout de son nez. SAP (Allemagne), ARM Holdings (Royaume-Uni) et ASML (Pays-Bas) sont les seules sociétés dignes d’intéresser les gérants de portefeuilles, selon la banque américaine. Sans surprise, la part belle revient aux valeurs américaines (tableau), et à quelques sociétés asiatiques (Canon, Lenovo, Murata, Samsung Electronics, Tata Consultancy Services, TSMC). Continuer la lecture de « Tech: 30 champions du monde, 3 Européens, 0 Français »

Une année « pas cool du tout » – Cheuvreux

Un papier pas très bien écrit (ou mal édité, c’est selon) de Christopher Potts, stratégiste chez Cheuvreux, mais qui avance cette idée intéressante malgré tout: ce qui est « cool » aujourd’hui parmi les investisseurs, c’est de voir que tout va mal et de parier sur l’apparition de risques extrêmes (« tail risk »). Or l’année 2012 – et vraisemblablement 2013 – seront des années « pas cool », justement parce qu’il y a peu de risque extrême et que les classes d’actifs à risque affichent des performances plus qu’honorables… Continuer la lecture de « Une année « pas cool du tout » – Cheuvreux »

Une vue sur les marchés n°2

Le n°2 de la lettre d’information « Une vue sur les marchés » est accessible ici.

Au programme cette semaine: la menace inflationniste, la revue de la semaine (bref), une enquête de Citi auprès de ses clients investisseurs et une analyse du cas PPR après son annonce d’une cession prochaine de la Fnac.

15 minutes pour faire la différence entre l’Italie et l’Espagne

Les analystes d’Amundi ont publié une étude comparative de la situation économique et de l’Espagne. Ils montrent comment ce pays pourra difficilement éviter de faire appel à l’aide de l’Europe (solution qui auraient un impact temporaire favorable sur la valeur de ses obligations souveraines). A l’inverse, l’Italie présente une situation intéressante pour les porteurs d’obligations sur le long terme. Continuer la lecture de « 15 minutes pour faire la différence entre l’Italie et l’Espagne »

Portrait de Daniel Kahneman à lire

Un portrait très intéressant du psychologiste Daniel Kahneman. Pour vous mettre en appétit, cette petite citation qui vaut son pesant de cacahuètes:

« People aren’t convinced by arguments. They don’t believe conclusions because they believe in the arguments that they read in favour of them. They’re convinced because they read or hear the conclusions coming from people they trust. You trust someone and you believe what they say. That’s how ideas are communicated. The arguments come later. »

 

Combien doit le monde ?

Source: The Economist, EIU

Outil à vocation pédagogique (?), The Economist a compilé un ensemble de sources sur l’endettement public de la plupart des pays de cette planète et sorti ce planisphère. Comme l’explique l’hebdomadaire sur son site:

« Est-ce que cela est d’une quelconque importance? Après tout, les gouvernements du monde doivent de l’argent à leurs citoyens, pas aux martiens. L’intérêt de cumuler ces dettes au plan mondial est de deux ordres. Primo, lorsque la dette croît plus vite que la richesse nationale, une hausse de l’endettement public signifie une plus grande interférence de l’Etat dans l’économie et une hausse des taxes dans un futur proche. Deuxio, la dette doit être roulée (refinancée) à intervalles réguliers. Cela crée une pression récurrente sur chaque gouvernement, un peu comme les concurrents d’un show de télé-réalité dont la participation dépend du vote du public. Manquer ce vote, comme l’expérimentent plusieurs Etats de la zone euro, et le pays peut s’engouffrer dans la crise. »

 

La finance au détriment de la productivité

Un excès de finance nuirait-il à la croissance économique? La crise financière de 2008 en a été la démonstration, tout comme l’est aujourd’hui la crise de la dette publique en zone euro. Deux économistes, Stephen Cecchetti et Enisse Kharroubi, ont étudié la question dans un document de travail publié par la Banque des Règlements Internationaux (BRI). Continuer la lecture de « La finance au détriment de la productivité »