Is it time to worry about credit market liquidity ?

Yes, probably according to BofAML analysts.

« Our analysis shows fewer bonds trade on a daily basis over the past year. We also find that trading volumes are declining over the past years as a percentage of the stock of corporate bonds. Liquidity is concentrated in benchmark bonds; 5y and 10y bonds exhibit better liquidity both in terms of tighter bid/offer spreads and also higher turnover. Higher spread/yield bonds exhibit better liquidity. »

Lire la suite

Le cycle infernal de la crise de la dette en zone euro

Source: Morgan Stanley

Source: Morgan Stanley

Les économistes et stratégistes de Morgan Stanley ont publié un document intéressant résumant leurs vues sur les perspectives pour les différentes classes d’actifs et l’économie européenne après les élections italiennes de la semaine dernière. La situation d’incertitude politique en Italie n’est pas un phénomène nouveau et s’inscrit dans le cycle décrit graphiquement ci-dessus (baptisé « CRIC »). La meilleure stratégie à adopter dans ce contexte porte sur la recherche d’asymmétries dans le marché.

Lire la suite

Idées d’investissement: des dividendes et peu de risque de crédit

Depuis l’an dernier, Citi vend aux investisseurs le thème des valeurs de rendement disposant de « perspectives solides au regard du marché des CDS ». Cette approche vise à combiner à la fois les signaux du marché actions et du marché du crédit. Citi produit une liste d’idées d’investissement ayant une capitalisation boursière supérieure à 10 milliards de dollars. Lire la suite

EDF boosté par une étude positive de Société Générale

Société Générale a repris le suivi d’EDF avec un avis « achat » et un objectif de cours de 20 euros (soit un potentiel de hausse de 46%), la banque estimant qu’une clarification de l’évolution des tarifs de l’électricité clarifiera la perspective d’évolution des résultats de l’énergéticien. Lire la suite

Corporate français: CDS 5 ans et notation – BofAML

Source: Bank of America Merrill Lynch

Quand Nassim Taleb évoque JPMorgan, cela donne ceci

Plutôt que de se contenter de financer l’économie, les banquiers jouent avec l’argent de leurs clients et font n’importe quoi, car ils n’ont pas les bons outils de mesures des risques… Et lorsque ces mêmes banquiers savent que quoi qu’il arrive, ils seront sauvés par l’argent public (aléa moral), on arrive à des accidents industriels de la taille de celui qu’a reconnu JPMorgan. On peut lire dans le détail ce qui s’est passé dans ce papier du WSJ. Nassim Taleb, spécialiste de la gestion des risques et auteur d’ouvrages de référence sur le sujet, revient sur le cas JPMorgan.

La Norvège, seul pays à mériter le fameux triple A – CMA

CMA a publié son rapport sur le risque souverain au 4è trimestre 2011, rapport qui comprend une hiérarchie des titres de dette souveraine, ainsi que la note de crédit implicite que le marché attribue aux Etats émetteurs, en fonction du risque perçu par les investisseurs. Surprise: la Grèce reste l’émetteur le plus risqué. Ce qui est plus intéressant, c’est lorsqu’on regarde du côté des signatures les plus sûres… Lire la suite

Dérivés: croissance de 18% des transactions OTC au 1er semestre

Le dernier rapport sur les transactions sur produits dérivés, publié ce matin par la BRI, fait état d’une hausse soutenue (+18%). Mais, contrairement à ce que l’on pourrait croire, les CDS n’ont progressé « que » de 8%, quand les transactions sur produits dérivés liés aux actions ont bondi de 21%. Lire la suite

Alcatel-Lucent: la vente de Genesys ne résout pas tous les problèmes

Alcatel-Lucent a confirmé aujourd’hui avoir reçu une offre ferme du fonds d’investissement Permira de 1,5 milliard de dollars pour le rachat de son activité Genesys. Bizarrement, l’annonce a provoqué une chute de près de 8% du titre de l’équipementier de télécommunications. Lire la suite

Et si la France perdait son AAA ?

Le marché semble avoir du mal à se faire une idée précise du cas français. La preuve, hier. Alors que la Bourse plongeait et que les spreads s’écartaient, les taux longs restaient bas… Une chose semble acquise: si les marchés se mettent à spéculer contre la France, il faudra plus que des bonnes paroles pour les rassurer. Et une perte du triple-A aurait des conséquences très fâcheuses pour la zone euro. Lire la suite

Too Big To Fail: une illustration

Un document intéressant posté sur le blog Zerohedge sur la mécanique de création et de fonctionnement des CDO/CDS. Le post comporte 2 diagrammes fort intéressants, le premier sur les risques de l’effet de levier (« Leverage »); le second sur l’imbrication des établissements financiers et la distribution des risques (« Counterparties »). L’illustration concerne Goldman Sachs. Mais on imagine très que le même type d’illustration aurait pu être utile aux régulateurs américains, en septembre 2008, avant de laisser Lehman Brothers faire faillite… Lorsque Buffett qualifiait les dérivés de crédit d’armes de destruction massive, il était dans le vrai.

BMO : le cash avant tout

18 mois après la faillite de Lehman Brothers, les instruments financiers les plus liquides (cash et équivalents) semblent redevenir les actifs préférés de certains stratégistes. Dans deux notes datées des 2 et 8 juin (la première est disponible ici, la seconde sur le blog zerohedge), Mark Steele de BMO Capital Markets s’inquiète d’une détérioration rapide des marchés du crédit : le coût du crédit augmente et sa disponibilité diminue. Autre signe d’inquiétude : l’évolution parallèle des indices de risque souverain en Europe et en Asie (!), en raison selon ce spécialiste des connexions entre les banques européennes et le continent asiatique.

Zerohedge rappelle que les marchés d’actions réagissent toujours avec retard sur ceux du crédit. Mais les signaux de prudence ne viennent pas uniquement des marchés financiers. Autre alerte, relevée par Albert Edwards, de la Société Générale : la détérioration rapide ces derniers mois de l’indicateur avancée du ECRI. L’ECRI est un organisme de conjoncture privé qui a démontré par le passé sa capacité à repérer les retournements de cycle économique. Reste à savoir si la courbe présentée ci-après va poursuivre sa descente et entraîner l’économie américaine dans une nouvelle récession… Rien ne permet de l’affirmer actuellement, mais c’est un sujet à surveiller de près.

Pour rappel, depuis le début de l’année, l’indice MSCI World recule de 9,3%. Le marché chinois a plongé de 20%. Les investisseurs « contrariants » peuvent estimer que l’accumulation de signaux négatifs et de « stress » sur les marchés peut constituer un signal d’achat. Le problème est qu’aujourd’hui, rien n’indique que le stress ne va pas aller s’amplifiant. La crise de la dette publique en Europe est loin d’être résolue. Elle menace toujours le système financier international. Les craintes de déflation ressurgissent. Les signaux du marché du crédit (CDS notamment) semblent montrer que l’incertitude est là pour durer et on entend plusieurs gérants d’actifs prôner la prudence. Et une préférence accordée au cash.

La réforme de Wall Street avance

Après 6 mois de négociations, le Sénat américain a voté jeudi (59 pour-39 contre) le projet de loi instituant un contrôle plus étendu de Wall Street, la gestion du risque systémique par la Réserve fédérale (avec la possibilité de fermer des banques devenues toxiques) et la mise en place d’une commission en charge de protéger le consommateur américain, rapporte le Wall Street Journal.

Sénat et Chambre des Représentants doivent maintenant se mettre d’accord sur un texte commun. Le Journal souligne qu’un douzaine de points de divergence vont maintenant faire l’objet de discussions entre les deux chambres, qui espèrent trouver un accord d’ici la fin du mois de juin.

Les points de divergence portent notamment sur l’obligation faite aux banques de se séparer de leurs activités pour compte propre et de leurs activités de produits dérivés. Ces derniers devront faire l’objet d’une plus grande transparence en étant traités sur des places de marché organisées.

Un autre point de divergence porte sur la création d’un fonds de 150 milliards de dollars, financé par une taxe sur les banques, pour encadrer la mise en liquidation d’une banque devenue dangereuse pour le système financier.

De son côté, le New York Times souligne le risque que cette loi, trop focalisée sur les causes de la crise financière de 2008, laisse le système financier vulnérable à de nouvelles catastrophes. Sur le sujet, on pourra également lire un papier du Washington Post qui relate le déroulement du vote et revient sur les grands lignes de discorde entre les deux chambres.

Le vote du texte a fait l’objet d’un intense lobbying des banques, mais également de la Maison Blanche. Baseline Scenario rapporte que la Présidence américaine, forte de 1,75 million de « followers » sur Twitter, a appelé à mobiliser les sénateurs républicains pour supporter le texte promu par les Démocrates.

« It’s time for Wall St. reform that gives greater security to folks on Main Street. Call your Republican Senators today: http://j.mp/cwhtg7« 

Au final, 4 Républicains ont rejoint le camp démocrate, ainsi que deux sénateurs indépendants. Dans le même temps, 2 Démocrates ont voté contre le texte.

Un document pédagogique sur les CDS

Pour ceux qui s’intéressent au débat sur les dérivés de crédit,  notamment les CDS, les experts d’AXA Investment Managers viennent de publier ce document – 1ère partie – pour décrire ces instruments financiers et aider à mieux les comprendre.

[scribd id=29162529 key=key-2hbpv3tdqu63b71t8yuz mode=list]