Henri de Castries inquiet pour l’Europe, défend sa vision très libérale

La conférence intitulée « Régulation du secteur financier et croissance » s’est ouverte vendredi dernier par une heure de quasi-monologue offerte à Henri de Castries, patron d’AXA (l’assureur étant l’un des sponsors de la conférence organisée par le groupe Les Echos). Lire la suite

Economie mondiale: de l’ombre à la lumière

L’année économique 2013 sera caractérisée par deux choses selon les économistes de Morgan Stanley: une reprise de l’activité globale vers un rythme de 4% au cours du second semestre, et la poursuite, voire l’intensification des politiques de soutien à l’activité de la part des banques centrales (aux Etats-Unis, le taux de chômage évoluera de manière irrégulière et ne tombera pas rapidement sous la barre des 7%). Lire la suite

Gemalto: un changement de statut habilement mené

2012 a été une nouvelle année de records pour Gemalto: chiffre d’affaires record, capitalisation boursière record (sanctionnée par une entrée dans le CAC 40). Outre des résultats en net amélioration, le groupe a été suffisamment habile pour ne plus être perçu comme un « simple » fabricant de cartes à puce, mais avant tout comme un éditeur de logiciels – un changement de statut boursier qui se traduit par une envolée des multiples de valorisation. Lire la suite

6 mois d’Europe pour plus d’austérité ?

[cleeng_content id= »129487566″ description= »Plus d\’analyses à suivre » price= »0.19″ t= »article » referral= »0.05″]Les nouvelles économies recherchées par le gouvernement français (5 mds€) suffiront-elles à ramener le pays dans les clous de ses engagements vis-à-vis de ses partenaires ? Pas sûr. Citi estime qu’il faut trouver environ 8 milliards d’euros d’économies, avec le risque de déprimer un peu plus l’activité… La gauche est-elle en train d’enfermer le pays dans un cercle vicieux ? Lire la suite

Austérité et réformes structurelles sont là pour durer – SG

[cleeng_content id= »124016564″ description= »Plus d\’analyses à suivre » price= »0.19″ t= »article » referral= »0.05″]Les élections italiennes ont relancé le débat sur la pertinence de poursuivre les programmes d’austérité sachant les dommages que ces mesures provoquent en termes de croissance et d’emplois perdus. Pourtant, selon les économistes de la Société Générale, cette « pression », largement voulue par l’Allemagne, devrait se maintenir encore quelques temps… Lire la suite

La France doit inventer un nouveau modèle de croissance

Attention, cette note ne prône pas la révolution et la transformation en profondeur du modèle de croissance français vers plus d’équité ou de justice sociale ou vers un modèle de développement durable visant à moins de croissance… Non, elle s’appuie (malheureusement) sur une étude publiée du 19 février publiée par la Société Générale… Son économiste, Michel Martinez, appelle le pays à réallouer une part significative de ses ressources vers les « secteurs d’exportation » et à engager des réformes structurelles pour assurer une meilleure croissance de l’emploi et relever le niveau de croissance potentielle. Lire la suite

Les inégalités au coeur des crises économiques

Voici une liste de plusieurs universitaires et d’économistes influents ayant défendu la thèse que les crises économiques sont aussi provoquées par l’augmentation des inégalités (h/t The Big Picture).

Robert Shiller

Joseph Stiglitz

Andrew Berg (FMI)

Jonathan Ostry (FMI)

Paul Krugman

Robert Reich

Mark Thoma

Emmanuel Saez

Thomas Piketty

John Kenneth Galbraith

Raghuram Rajan

David Moss

Kemal Dervi

Michael Kumhof

Romain Rancière

Robert Wade

David Ruccio

Marriner S. Eccles (président de la Fed entre 1934 et 1948)

Cette thèse n’est pas défendue uniquement par des économistes progressistes, mais également par certains convervateurs.

Réactions accablées aux dernières prévisions économiques de la Commission européenne

Le ton monte. Pas au sein des instances bien pensantes de l’Union européenne, et notamment de sa Commission. Mais en dehors. La publication des dernières projections économiques a fait réagir dans un certain nombre de centres de réflexion et médias « alternatifs » (dont il serait peut-être temps que l’on écoute un peu plus l’avis). Lire la suite

Europe: quand la croissance économique reviendra-t-elle ?

En voilà une question qu’elle est bonne. Les « prévisions d’hiver » (sic) de la Commission européenne, parues aujourd’hui, anticipent une contraction de 0,3% du PIB de la zone euro cette année, avant un rebond vers 1,4% l’an prochain. Avec une croissance aussi faible, difficile d’imaginer comment l’emploi va se redresser, comment les administrations publiques vont réduire leurs déficits et comment les entreprises vont retrouver une situation financière plus saine… Lire la suite

Quand les investisseurs prennent leurs désirs pour des réalités

Source: Bank of America Merrill Lynch

Source: Bank of America Merrill Lynch

Deux excellents graphiques issus de l’enquête auprès de gérants professionnels réalisée par Bank of America Merrill Lynch montrent à quel point les investisseurs ont pris une avance inquiétante sur les indicateurs avancés de l’OCDE (ci-dessus) et sur les prévisions des analystes (ci-dessous). Une illustration de l’optimisme ambiant et qui ne fait que s’amplifier avec la hausse récente de la Bourse… Mais un signal contrariant qui ouvre de plus en plus la porte à un risque de correction si les nouvelles de l’économie ou les publications de résultats ne suivent pas les attentes des gérants.

Source: Bank of America Merrill Lynch

Source: Bank of America Merrill Lynch

 

 

Les dossiers macro qui seront les plus suivis par les investisseurs en 2013

L’année 2012 a bénéficié d’un recul des primes de risque et de la volatilité. Pourtant, les sujets macro-économiques sont toujours bien présents dans l’esprit des investisseurs – il suffit de voir la réaction des marchés lundi à l’annonce d’un accord de dernière minute sur le « fiscal cliff ». Le mot clé qui revient est celui des réformes. Lire la suite

Une perspective de long terme sur la rentabilité à attendre des actions – PIMCO

PIMCO a publié une étude très intéressante de Saumil H. Parikh, Managing Director, visant à déterminer le rendement à attendre des actions américaines au cours des prochaines années. Cette analyse s’inscrit dans une nouvelle publication « Asset Allocation Focus », que le gérant obligataire vient d’inaugurer. Elle conclut notamment que l’on peut anticiper un rendement nominal des actions US compris entre 4% et 5,1% par an au cours des 5-10 prochaines années. Lire la suite

Pourquoi la France n’est-elle pas sanctionnée par les marchés?

Depuis l’élection de François Hollande, le gouvernement français et plusieurs médias se gargarisent de la capacité du pays à emprunter à taux très bas sur les marchés financiers, malgré une situation économique déplorable. Cette « anomalie » n’en est pas une. Lire la suite

Scénario macro-économique: l’austérité toujours et encore

Quand passera-t-on le pic d’austérité? En Europe, cette année, selon les économistes de Deutsche Bank. Aux Etats-Unis, en revanche, il faudra sans doute attendre l’an prochain. Chez JPMorgan, on estime que la « falaise fiscale » coûtera 1 point de croissance à l’économie américaine en 2013. La patate chaude de l’austérité devrait donc traverser l’Atlantique, ce qui ne donnera peut-être qu’un demi-bol d’air aux européens. Lire la suite

A son tour, HSBC redécouvre l’intérêt du style value

Depuis le mois de juillet, HSBC estime que le style « value » (recherche de titres décotés) est plus attrayant que le style « growth » (recherche de valeurs de croissance). La banque vient de publier une nouvelle étude sur le sujet, avec quelques idées d’investissement pour les investisseurs intéressés par ce style de gestion. Lire la suite

Gestion de la crise : les Occidentaux ne font pas mieux que les Japonais

5 ans après le début de la crise financière, le constat est cinglant: les responsables politiques occidentaux, qui nous promettaient une gestion de la crise plus rapide que ne l’ont fait les Japonais il y a plus de 20 ans, doivent constater l’échec de leur action. L’Europe connaît sa deuxième récession depuis le début de la crise des subprimes. La situation des pays « aidés », comme la Grèce, est catastrophique. Et l’espoir d’une sortie de crise semble bien lointain, tant qu’un traitement de choc voulu par les dirigeants n’aura pas été envisagé, comme ce fut le cas en Islande ou en Suède dans les années 1990. Lire la suite

15 minutes pour faire la différence entre l’Italie et l’Espagne

Les analystes d’Amundi ont publié une étude comparative de la situation économique et de l’Espagne. Ils montrent comment ce pays pourra difficilement éviter de faire appel à l’aide de l’Europe (solution qui auraient un impact temporaire favorable sur la valeur de ses obligations souveraines). A l’inverse, l’Italie présente une situation intéressante pour les porteurs d’obligations sur le long terme. Lire la suite

Thèmes et idées d’investissement dans les biens d’équipement – Citi

Le secteur des biens d’équipement peut être joué malgré une conjoncture économique plutôt morose, estiment les analystes de Citi. Reste encore à privilégier les bons candidats, c’est-à-dire les sociétés qui seront capables d’améliorer encore leurs résultats malgré la décélération de leur « top-line ». Pour Citi, mieux vaut regarder du côté des sociétés liées aux secteurs de l’aéronautique ou de l’énergie, plutôt qu’à celles exposées à la construction ou à l’industrie en général. Lire la suite

Le « précipice fiscal » et son impact sur l’économie mondiale

Depuis plusieurs mois, l’attention des médias et investisseurs se tourne de plus en plus fréquemment vers le sujet du « précipice fiscal » au bord duquel vont bientôt se retrouver les Etats-Unis: dès l’an prochain, on devrait observer une baisse drastique des dépenses publiques et une hausse des impôts. Deux éléments qui, conjugués, auront un impact significatif sur la croissance américaine, estimé à 4,6% du PIB. Mais pas seulement. Lire la suite

Quand Exane cite Benjamin Graham sans l’appliquer

David Finch, chez Exane BNP Paribas, publie ce matin une liste de valeurs répondant aux critères de la gestion dite value, et cite abondamment Benjamin Graham. Mais il y a un gouffre entre le discours et la pratique… Lire la suite

Un monde de fragilités

L’optimisme des marchés, suscité par les interventions successives des grandes banques centrales (BCE, Fed, BoJ), ne doit pas faire oublier l’état toujours moribond de l’économie internationale: la croissance ralentit sensiblement en Asie, elle est durablement inférieure au potentiel aux Etats-Unis et l’Europe connaît une nouvelle phase de récession, conséquence de la crise de la dette publique qui frappe plusieurs de ses pays. Lire la suite

La confiance, clef de la sortie de crise – SocGen

Les économistes de la Société Générale ont publié leur dernière analyse de l’économie internationale. Le processus de désendettement dans de nombreux pays est long et n’est pas près d’être terminé. La situation de croissance molle que connaissent de nombreux pays développés et le ralentissement des émergents ne sont pas tenables. La clef d’une reprise plus durable, c’est le retour de la confiance, estiment-ils. Lire la suite

Quality Street

Au regard d’un environnement économique plus qu’incertain, la qualité est un point de repère toujours utile pour les investisseurs en actions, selon les stratégistes de Citi. « Europe SA n’est pas le PIB européen », affirment-ils dans une étude datée du 9 août. Lire la suite

Une feuille de route pour les autorités européennes ?

Ce n’est pas la première fois que l’on attend une action décisive des autorités européennes. Bank of America Merrill Lynch a, une fois encore, délivré sa feuille de route pour éviter que la crise n’empire… Lire la suite

La finance au détriment de la productivité

Un excès de finance nuirait-il à la croissance économique? La crise financière de 2008 en a été la démonstration, tout comme l’est aujourd’hui la crise de la dette publique en zone euro. Deux économistes, Stephen Cecchetti et Enisse Kharroubi, ont étudié la question dans un document de travail publié par la Banque des Règlements Internationaux (BRI). Lire la suite

Comment mettre en oeuvre une discipline budgétaire efficace en France ?

Inscrire dans la constitution une règle évitant tout dérapage de l’endettement public est une nécessité. De nombreux pays l’ont déjà fait. La France a une chance historique de faire de même et de bien faire les choses, selon Charles Wyplosz, professeur d’économie internationale. Lire la suite

… et des choix de politique économique difficiles à faire

Suite du précédent papier. Comme l’explique Guillaume Menuet, économiste chez Citi, l’objectif d’un déficit public à 3% du PIB en 2013 sera ardu. Le gouvernement devrait privilégier l’augmentation de la charge fiscale. Or avec avec un niveau de prélèvements obligatoires déjà élevé, l’impact pourrait s’avérer néfaste sur la confiance des agents économiques. A l’inverse, réduire les dépenses dans la précipitation pourrait fragiliser le modèle social du pays. Citi met en avant l’importance de réformes structurelles, indispensables si l’on veut modifier la trajectoire de la dette publique. Lire la suite

France: des objectifs de déficit public difficiles à tenir

Les objectifs de déficit public de la France seront difficiles à tenir, selon Credit Suisse. A moins que l’Union européenne ne vienne au secours du gouvernement français en « relâchant » l’atteinte de l’objectif de déficit de 3%, compte tenu d’un environnement économique incertain (on peut toujours rêver). Lire la suite

Crise de la zone euro: ce qu’en pense Credit Suisse

Le principal problème de la zone euro, c’est le manque de croissance, affirment les experts de Credit Suisse. Des solutions existent, notamment un assouplissement quantitatif d’ampleur massive. Le but étant de rétablir la confiance et d’éviter une nouvelle crise de liquidité et un « bank run » (fuite des dépôts). Lire la suite

Croissance en zone euro et leviers de la politique économique-UBS

La croissance est revenue au coeur des débats entre dirigeants de la zone euro, effaçant un peu l’obsession de l’austérité budgétaire – dont on se rend compte qu’elle coûte de plus en plus chère à la zone euro, sans la tirer des difficultés. Cette note des économistes d’UBS permet de passer en revue les différents leviers traditionnels d’action des pouvoirs publics pour « booster » la croissance. Les grandes approches (demande, offre/réforme du marché du travail, inflation, durée d’implémentation des programmes) sont passées en revue. Cette note (datée du 25 mai) est d’autant plus intéressante qu’elle montre aussi les limites de chacune des visions défendues par les tenants de telle ou telle approche en matière de politique publique. Lire la suite

Grexit: les scénarios de Morgan Stanley

Que va devenir la Grèce? Nombreux sont les banques qui publient leurs évaluations des différents scénarios à l’oeuvre actuellement dans la zone euro, avec, au coeur de l’action, la Grèce et son éventuelle sortie de l’Union monétaire européenne. Avec son éventuelle sortie de la zone euro et le risque d’un effet domino aux autres pays de la périphérie, certains observateurs cherchent à voir quelles seraient les solutions en termes de politique économique; et quelles seraient les conséquences sur les différentes classes d’actifs. Lire la suite

L’Europe vue des Etats-Unis 1/2

Credit Suisse a publié le compte-rendu d’une manifestation organisée à New-York avec des investisseurs américains. Résultats des débats: le politique restera le principal moteur d’évolution des marchés dans les mois à venir. 29% des intervenants pensent que la Grèce va sortir de la zone euro et 42% (de ces 29%) pensent que cela entraînera un éclatement de la zone euro… Malgré cela, 88% des personnes ayant accepté d’être sondées durant cette conférence considèrent que les actions constituent le meilleur placement à un horizon de 10 ans. Vu le niveau encore élevé des primes de risque, on peut les comprendre. Lire la suite

Un économiste français prend la défense d’Angela Merkel

Bruno Cavalier, économiste chez Oddo Securities, a publié ce matin une note « en défense de Mme Merkel » visant à « remettre les pendules à l’heure ». A l’attention de ceux qui auraient tendance à blâmer l’Allemagne pour la situation actuelle de la zone euro… A lire. Lire la suite

Dette publique: un problème? Non, la solution!

Un point de vue toujours intéressant des économistes d’Exane sur l’éternel débat autour de la dette publique, dont on a finalement trop peu entendu parler pendant la campagne électorale. Soyons certains qu’après le 7 mai, ce sera de nouveau un sujet de discussion pour tout le monde… Lire la suite

Les effets désastreux de la consolidation fiscale sur la croissance

La rigueur budgétaire est inévitable lorsque la situation bilantielle des Etats est en péril (trop de dette augmente son coût jusqu’à devenir intolérable lorsque ce coût dépasse le rythme de croissance des pays). Lire la suite

Europe: il y a plus grave que la récession

Les économistes de Morgan Stanley ont publié une note approfondie sur la situation de l’économie européenne. Leurs anticipations sont un peu plus optimistes que celles d’Exane, UBS, Nomura ou d’autres banques anglo-saxonnes (Bank of America Merrill Lynch), avec une contraction du PIB en Euroland (15 pays) de 0,3% en 2012. Ils pensent notamment qu’un accident grave (défaut désordonné ou sortie d’un pays de la zone euro) sera évité. Lire la suite

2012: Bank of America Merrill Lynch nous dit tout en une slide

Voici une vue globale des 3 scénarios envisagés par les experts de Bank of America Merrill Lynch et leur impact sur toutes les classes d’actifs… Difficile de faire plus synthétique!  Lire la suite

Actionaria: ce que l’on a dit de 2012

Premiere seance de live blogging au salon Actionaria pour voir et écouter ce que Mr Le Marché pense de 2012… Entre autres…

Lire la suite

Zone euro: inquiétant découplage

Pour les économistes de JPMorgan, les derniers indicateurs avancés de la zone euro pointe un découplage, mais dans le mauvais sens du terme. Alors que le reste de l’économie mondiale ralentit, les derniers indicateurs PMI de la zone euro pointent déjà une récession, en particulier pour les composantes de production et de nouvelles commandes. Lire la suite

Ce que les investisseurs achètent lorsqu’ils sont moins averses au risque

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’on vit une période de grande fébrilité des investisseurs, qui se traduit par une alternance de phase de forte hausse puis de forte baisse de l’aversion au risque – que les anglosaxons qualifient de « RORO » (« Risk On Risk Off »). Avec la dernière phase de hausse des marchés, les investisseurs ont privilégié 3 classes d’actifs : le haut rendement (« high yield »), les actions émergents et la dette émergente. La part de cash dans les portefeuilles des gérants reste élevée. La prudence règne donc malgré tout, comme l’a montré la dernière enquête de Bank of America Merrill Lynch auprès des investisseurs.

Concernant le sommet européen, les stratégistes de Merrill Lynch résument bien les attentes du marché, ce qui sera bien perçu et ce qui pourrait provoquer une rechute des indices boursiers:

« Bull & Bear European Headlines
Bullish headlines would be: >1 trillion Euros for EFSF; >100 billion Euros for bank recapitalization; >50% haircut for private holders of Greek debt; buy-in from Sovereign Wealth Funds. Bearish headlines: <1 trillion Euros for the EFSF; <100 billion Euros for bank recapitalization; <50% haircut for private holders of Greek debt; no global buy-in from SWFs. Lower Italian bond yields (-100bps on 5y) & higher European bank credit prices (EB00 Index > 220) needed to cause sustained “risk-on”.
US Driver = Macro
“If next GDP revision is up, go long stocks, if next GDP revision is down, go short stocks”; US GDP revisions and US bond yields have been correlated this year and both edging higher. »

Croissance, stagnation, récession: ce que « price » le marché

One way to understand what the market is pricing in is to compare the European 12m forward P/E to year-on-year US GDP. The chart below suggests that current multiples partially price in a c.50% probability of recession. Indeed, if we were to give a probability to our above scenarios (50% central scenario, 30% mild recession and 20% depression), we would obtain a DJ Stoxx very close to the current level.

Croissance ou déflation ?

Voilà le dilemme qui devrait animer les marches financiers au cours des prochains mois, ont estimé ce jeudi les spécialistes de la banque privée suisse Pictet. Et il y a de bonnes chances que la gestion calamiteuse de la crise de la dette en Europe (notamment l’incapacité des gouvernements à coordonner leur action) provoque encore beaucoup de stress et une envolée des primes de risque.

Du coup, comme au cours de la seconde moitié de 2008, ce sont les nouvelles macro-économiques qui vont dominer. Les investisseurs continuent d’ignorer la perspective d’une croissance soutenue des résultats des entreprises pour se concentrer sur les questions de politique économique (coordination des politiques monétaires et budgétaires, voire réinvention des politiques publiques-après l’échec cuisant des politiques de ciblage d’inflation).

Dans cet environnement incertain et pollué par les décisions politiques, l’allocation d’actifs privilégiée par Pictet est la suivante:

  • maintenir les positions construites ces dernières années sur l’or (le métal jaune, détenu en physique, représente environ 5% des actifs sous gestion de la maison, 285 milliards d’euros);
  • en cas de déflation, choisir les obligations du Trésor américain et les Bunds qui devraient voir leur rendement augmenter à partir du 4è trimestre (après une baisse durant le 3ème trimestre);
  • prendre une position stratégique sur le crédit et la dette émergente en monnaie locale;
  • préférer les actions américaines, notamment les grandes capitalisations, tout en gardant à l’esprit qu’il s’agit d’une classe d’actif très liquide, « ce qui la rend vulnérable aux poussées de panique déflationniste ».

Bref, tant que les incertitudes sur la gestion macro-économique de la crise ne sont pas levées, les marchés resteront nerveux. Il faudra attendre le mois de septembre-octobre, pour faire un point. En attendant, la prudence reste de mise.

Les sons de la conférence sont disponibles ici (toutes mes excuses pour la mauvaise qualité sonore). Yves Bonzon, directeur des investissements de Pictet, présente la première partie (approche structurelle de la stratégie d’investissement). Christophe Donay, chef stratège, poursuit sur l’analyse conjoncturelle actuelle (deuxième partie) et les scénarios (1/ croissance, ou 2/ déflation) et choix en matière d’allocation d’actifs (troisième partie).