GDF Suez: Exane s’étonne du non-commentaire sur le dividende annuel

Exane BNP Paribas note que les résultats trimestriels annoncés par GDF Suez ont été supérieurs de 1% au consensus, mais s’étonne de l’absence de commentaire sur le dividende annuel, contrairement à l’an dernier. Lire la suite

France Télécom confirme ses objectifs malgré une baisse de 4,1% des ventes

France Télécom a enregistré une baisse de 5,9% de son chiffre d’affaires trimestriel (-1,8% à données comparables), à 10,28 miliards d’euros, à cause de la pression sur les prix et de la chute du revenu par abonné. L’EBITDA retraité  baisse de 6,6% à 3,12 milliards d’euros, soit un taux de 30,4% (-80 points de base).

En France, les ventes de services mobiles ont chuté de 8,1% à 2,16 milliards d’euros et les services fixes ont reculé de 4,3% à base comparable à 2,66 milliards d’euros.

Le groupe confirme ses objectifs de cash flow organique et de dividende pour l’exercice 2013.

Lien vers le communiqué de presse.

AVERTISSEMENT

L’auteur du post détient des titres France Télécom en portefeuille.

EADS: rachat d’actions, une erreur « normale »

Depuis le changement de gouvernance et la diminution du poids des Etats français, allemand et espagnol au capital (sujet dont ne débattra par ici), EADS clame son statut d’entreprise « normale » (nouveau concept)… Et comme toute entreprise « normale », le groupe d’aéronautique et de défense a décidé de lancer un programme de rachat d’actions alors que son cours de Bourse est au plus haut. Cherchez l’erreur… Lire la suite

Actions européennes: performance, valorisation, fondamentaux par secteurs – 22-03-2013

L’indice Stoxx 600 se porte plutôt bien avec un gain de 5,1% depuis le 1er janvier et des multiples de valorisations raisonnables au regard de la croissance bénéficiaire attendue (mais on sait qu’elle devrait être sensiblement revue en baisse si la conjoncture européenne reste aussi morose cette année que l’an dernier). Lire la suite

Air Liquide: le board s’augmente de 10%

Le conseil d’administration d’Air Liquide a augmenté d’un peu plus de 10% le montant des jetons de présence (dont un peu plus de 62% de hausse pour Thierry Peugeot par exemple), alors que les dirigeants du groupe n’ont vu leur salaire augmenter que d’un peu plus de 1% (ce qui est plutôt raisonnable). Lire la suite

Actions européennes: performance, valorisation, fondamentaux par secteurs – 01-03-2013

Source: Factset, weeko – capitalisation boursière en millions d’euros. Données au 01/03/2013.

Source: Factset, weeko – capitalisation boursière en millions d’euros. Données au 01/03/2013.

Vivendi plombé par SFR, qui sera à nouveau sous pression en 2013

Vivendi a annonce une chute de 14% de son bénéfice ajusté à 2,55 milliards d’euros, en raison notamment de l’effondrement du résultat opérationnel de sa filiale SFR. Au cours de l’exercice, le chiffre d’affaires a progressé de 0,6 % à 28,99 milliards d’euros. Le résultat opérationnel ajusté (EBITA) s’est établi à 5,28 milliards, en baisse de 10%. Pour 2013, le groupe ancitipe une nouvelle diminution des résultats de SFR, qui devrait enregistrer un EBITDA proche de 2,9 milliards d’euros contre 3,3 milliards en 2012. Le groupe proposera un dividende de 1€ par action. Lire la suite

Actions européennes: performance, valorisation, fondamentaux par secteurs – 22-02-2013

Source: Factset, weeko

Source: Factset, weeko – capitalisation boursière en millions d’euros. Données au 22/02/2013.

Banques françaises: restructurations et retour de cash

Quel bilan tirer des publications de résultats des banques françaises cotées ? Deux thèmes ont dominé les publications, selon Citi: les restructurations (BNP Paribas, Crédit Agricole) et le retour de cash aux actionnaires (Natixis). Société Générale n’a fait aucune annonce significative sur l’un ou l’autre de ces thèmes, ce qui a déçu le marché. Lire la suite

Accor: une déception sur le dividende qui pèse sur le cours de Bourse

La publication des résultats annuels d’Accor était dans l’ensemble en ligne avec les attentes du marché. En revanche, le dividende annoncé apparaît inférieur aux anticipations de certains analystes, ce qui peut expliquer la chute du titre mercredi. Le plan stratégique à l’horizon 2016 manque également de détails, qui devraient être communiqués lors de la réunion investisseurs. Lire la suite

France Télécom: marges sous pression, objectifs confirmés

France Télécom annonce une chute de 79% de son résultat net 2012 à 820M€, en raison de la guerre des prix sur le marché français de la téléphonie mobile qui a fortement pesé sur les marges de l’opérateur historique. Le groupe annonce le versement d’un complément de dividende 0,2€/action au titre de 2012 et annonce un dividende d’au moins 0,8€/action au titre de 2013 (avec acompte de 0,3€/action qui sera payé en décembre). Pour 2013, France Tél confirme son objectif d’un cash flow libre de 7 milliards d’euros contre 7,96 milliards d’euros en 2012. Lire la suite

Pour les investisseurs, les entreprises devraient investir davantage – BofAML

On parle souvent de la voracité des investisseurs pour les dividendes et/ou les rachats d’actions. Le graphique suivant, issu de la dernière enquête de Bank of America Merrill Lynch auprès d’investisseurs institutionnels dans le monde, montre que ce n’est pas vraiment le cas, et ce depuis quelques mois. Le souhait le plus fort est que les entreprises se remettent à investir. Lire la suite

Idées d’investissement: à la recherche de dividendes durables

Les investisseurs en quête d’idées qui soient sources de rendement se sont beaucoup focalisés l’an dernier sur le crédit et les obligations à haut rendement. De l’avis de nombreux gérants, ces classes d’actifs ont épuisé leur potentiel d’appréciation. L’univers des actions recèle lui aussi des idées d’investissement qui offrent des niveaux de rendement du dividende significatifs, avec des perspectives de stabilité voire d’amélioration du dividende, grâce à une bonne visibilité sur la génération de flux de trésorerie des entreprises. Lire la suite

Quelques idées d’investissement pour démarrer l’année – Barclays

Pour les stratégistes de Barclays, 3 thèmes d’investissement offriront de belles perspectives de rendement en 2013: les marchés actions italien et espagnol, les actions offrant des rendements en croissance et les titres value. Lire la suite

Le dividende reste un vecteur de performance attrayant – Barclays

La distribution de dividende n’a pas vraiment joué le rôle d’amortisseur pendant la crise financière ces dernières années. Et pourtant, sur longue période, le dividende conserve tous ses mérites. Et il semble opportun de regarder cette thématique aujourd’hui, selon les stratégistes de Barclays. Lire la suite

Un point sur la valorisation des actions européennes

Source: Exane BNP Paribas

Lire la suite

Fiscalité: une revue intéressante du PLF 2013

Les spécialistes de l’ingénierie patrimoniale de Lazard Frères Gestion ont publié un document très intéressant sur la PLF 2013 et sur les nouveautés fiscales, dont certaines mesures impacteront directement les détenteurs de titres de portefeuilles ou d’assurance-vie…. A lire donc. Lire la suite

Apple va annoncer le versement d’un gros dividende ?

Difficile pour Apple de faire l’impasse sur les 98 milliards de dollars qui dorment en banque. Surtout lorsqu’on est la 1ère capitalisation boursière au monde. Le constructeur informatique a décidé d’en parler et a annoncé hier une conférence téléphonique avec son patron, Tim Cook, pour « divulguer les résultats de ses discussions au sujet de sa trésorerie ». Lire la suite

JPMorgan, nouveau Goldman Sachs ?

Ce n’est pas une nouveauté, mais on peut se demander si JPMorgan n’a pas fait preuve d’une certaine arrogance en publiant avant la Fed les résultats des stress tests réalisés sur le secteur bancaire. La banque en a profité pour annoncer une hausse de son dividende alors que la Bourse étaient encore ouverte (la Fed prévoyait de publier les résultats des stress tests après clôture, ce qu’elle a fait…). Lire la suite

43 titres offrant un dividende de plus de 8%

On est loin des records de 2008-2009, mais HSBC a trouvé 43 titres de sociétés cotées au sein de l’indice MSCI Europe qui offrent un rendement du dividende élevé (>8%). HSBC note que ces niveaux ne sont généralement pas soutenables (les 3/4 des sociétés devraient couper leurs dividendes d’ici 2 ans), mais avant que cela ne se produise, l’histoire montrerait que les titres de ces sociétés pourraient afficher de beaux parcours.La banque observe toutefois que des rendements du dividende élevés peuvent avoir 2 significations: une opportunité d’investissement… ou le signe de difficultés financières! Du coup, cette thématique n’est pas adaptée à tous les portefeuilles! Lire la suite

A la recherche du rendement perdu

L’environnement actuel, marqué par une incertitude sur l’évolution de l’économie (crise de la dette, croissance molle ou récession, inflation forte ou déflation…), s’est traduit par une hausse importante de la volatilité sur les marchés financiers. A un point tel qu’aujourd’hui, de nombreux investisseurs de long terme préfèrent trouver des solutions pour éviter toute perte en capital plutôt que tenter de capter un rendement qu’ils jugent incertain. Lire la suite

Disciple de Graham (6): Pierre Nebout (LCF E. de Rothschild)

Pierre Nebout fait partie des rares gérants qui ont, de mon point de vue, une vraie démarche d’investisseur sur le long terme, et qui s’inscrivent de ce fait dans les pas de Benjamin Graham. Lire la suite

Les entreprises émergentes en tête de la création de valeur

Le Boston Consulting Group a publié il y a peu son étude sur la création de valeur à partir d’un échantillon de 712 entreprises cotées dans le monde (après un premier tri au sein d’une liste de 4.000 sociétés cotées). Lire la suite

Looking for dividend

UBS  a publié le 30 juin dernier une étude sur le thème du dividende. La banque souligne d’abord que le rendement à 12 mois des actions européennes atteint aujourd’hui 4,3%, contre 3,1% en moyenne au cours des 30 dernières années.

« Le rendement du dividende a rarement été aussi intéressé au regard d’autres classes d’actifs. (…) Malgré un environnement ayant vu les plus fortes coupes de dividendes en 4 ans, les marchés de futures nous indiquent qu’il y a encore des baisses à prévoir à des niveaux inférieurs de 55% aux estimations de nos analystes pour 2012! Nous pensons que le pessimisme ambiant est largement surfait. Nous suggérons d’acheter des titres à fort dividende pour obtenir un rendement dans des marchés qui évolueront en tôle ondulée. »

UBS a établi un liste de 30 noms offrant un dividende relativement sûr et confortable (plus de 4,3%). Cette liste est séparée entre valeurs non financières et valeurs financières.

Rappelons pour finir que le rendement du dividende ne devrait pas être le seul élément de prise de décision pour un investisseur. La protection du dividende, l’évolution des cash-flows, donc indirectement, la situation concurrentielle de l’entreprise, doivent être pris en compte. Le dividende ne devrait être que la « cerise sur le gateau » au terme d’un travail d’analyse financière et d’évaluation complet d’une société.

L’Europe, eden des investisseurs value ?

Deux thèmes semblent ressortir des conversations avec des gérants ou dans les lectures de lettres aux investisseurs: les actions européennes, et les titres défensifs (utilities/télécoms), préférés aux valeurs cycliques et de croissance. Bien sûr, dans un environnement volatil et face aux incertitudes toujours prégnantes quant au traitement de la dette publique (notamment l’impact des politiques d’austérité sur la croissance économique européenne et mondiale), une approche très sélective s’impose.

Voilà ce que note Charles Lahr, gérant de portefeuille chez PIMCO, dans une lettre récente:

« Un thème intéressant aujourd’hui au regard de la situation des marchés d’actions: l’Europe est clairement un endroit auquel les investisseurs value devraient dédier du temps et de l’effort. Beaucoup de titres en Europe ont baissé pour les bonnes raisons, dont l’exposition au risque souverain dans des pays comme la Grèce, le Portugal ou l’Espagne. Cependant, il y a de nombreuses autres compagnies qui ne sont pas exposées au risque souverain grâce à leurs activités à l’international et d’autres facteurs, et pourtant qui ont fortement chuté avec l’ensemble du marché européen, se traitant avec de fortes décotes sur leurs multiples de résultats par rapport aux valeurs américaines. En outre, tant que les actions européennes restent déprimées en Europe, leur rendement du dividende au global pourrait représenter le double de celui observé aux Etats-Unis, offrant un rendement particulièrement attrayant. »

L’approche recommandée par PIMCO: analyser le bilan des sociétés, et s’intéresser aux dossiers faiblement valorisés dans une optique de long terme. Une première recherche sur le seul critère du rendement du dividende 2011 de plus de 5% (attention ce n’est qu’UN premier filtre, qui impose de regarder d’autres critères) fait ressortir environ 60 noms sur le marché parisien (SRD).

Désendettement des Etats et stratégie d’investissement

Le désendettement des Etats va être l’un des thèmes majeurs au cours des prochaines années. Exane BNP Paribas expose sa stratégie d’investissement (en actions) pour s’adapter à cet environnement dans une étude publiée jeudi. Les principales points de l’étude sont les suivants:

  • Acheter des titres offrant un rendement du dividende conséquent et relativement sûr (quelques idées avancées par le broker dans une liste de 11 noms: Vivendi, Vodafone, Deutsche Post).
  • Acheter des titres offrant un potentiel de hausse du dividende (quelques noms cités: AstraZeneca, Heineken, Carrefour, Sanofi-Aventis, SAP, Reed Elsevier).
  • Rechercher les champions de la croissance des résultats, quel que soit l’environnement (Adidas, LVMH, Standard Chartered, Autonomy, SES sont évoqués).
  • Vendre les valeurs très sensibles au cycle économique (Next, Panalpina, Rolls Royce, SKF et UPM font partie de cette catégorie selon Exane).
  • Vendre les sociétés exposées aux dépenses gouvernementales (BAE Systems, Crégit Agricole, Finmeccanica, RBS, Smith & Nephew, Synthes sont cités parmi d’autres).

Le super dividende de Saint-Gobain

S’il est un groupe qui peut réserver une bonne surprise aux investisseurs, c’est bien Saint-Gobain.

Ce spécialiste des matériaux de construction pour l’habitat (plaques de plâtre, laine de verre, distribution, canalisation ou mortiers…), également présent dans d’autres métiers comme les abrasifs, les plastiques de performance ou le textile, doit céder d’ici 2011 son pôle Emballages (« conditionnement »).

Cette division a réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires de 3,5 milliards d’euros et a dégagé une marge d’exploitation de 12,5% (contre 5,9% pour le groupe). Elle a permis au groupe de faire plutôt bonne figure malgré la crise.

La vente de l’emballage, officiellement annoncée début 2007, n’a pu être menée à bien, la crise ayant gelé l’accès au financement bancaire de nombreux fonds de private equity, considérés comme les acquéreurs naturels de ce type d’activité. La situation sur ce front est actuellement en train de changer.

Dans une note du 3 mars, le courtier Crédit Agricole Cheuvreux estime que le pôle emballage pourrait être vendu pour 3,2 milliards d’euros (7 fois le résultat d’exploitation), permettant au groupe de réduire de 40% son endettement et d’envisager de nouvelles acquisitions. En 2007-2008, certains courtiers estimaient la valeur de l’activité entre 3,5 et 4 milliards d’euros.

Les principaux concurrents côtés de Saint-Gobain dans ce métier se traitent actuellement sur un multiple de résultat d’exploitation compris entre 8 et 10 fois le résultat attendu en 2010 (9,2 en moyenne-voir tableau).

Compte tenu d’un résultat qui devrait s’améliorer dès cette année, de la position concurrentielle de l’activité (n°2 mondial), le pôle emballage vaut au minimum 4 milliards d’euros (9,2 X 437 millions d’euros).

Reste maintenant à savoir ce que Pierre-André de Chalendar, le PDG du groupe, sera en mesure de négocier un tel prix et ce qu’il proposera de faire d’une telle somme, une fois un acheteur trouvé.

Après un levée de fonds de 1,5 milliard d’euros en mars 2009, et une gestion très efficace de sa trésorerie, Saint-Gobain devrait continuer de se désendetter à vitesse grand « V » à la faveur d’une reprise même modeste de l’activité.

En cédant le conditionnement (dont la crise a révélé toutes les qualités défensives), Saint-Gobain peut donc envisager de rendre cet argent aux actionnaires qui ont répondu présent lorsque le groupe les a sollicités. A moins que le groupe ne réalise une nouvelle opération de croissance externe significative.

Il faudra toutefois qu’une acquisition soit justifiée sur le plan de la création de valeur pour que les actionnaires de Saint-Gobain acceptent de renoncer à l’occasion unique de toucher un super-dividende.

CAC40: le cash avant tout

Comme on pouvait s’y attendre, les entreprises du CAC 40 ont été lourdement affectées par la crise internationale déclenchée outre Atlantique. Mais si elles affichent des bénéfices nets en baisse (-27% selon Les Echos, -20% selon mes calculs qui excluent les 2 entreprises à exercice décalé que sont Alstom et Pernod Ricard), leur priorité de 2009 a été la préservation du cash et du bilan. Lire la suite