Which is the best support for European equities : earnings… or US investors ?

Maybe both actually… Lire la suite

Has peak trade been reached ?

Since the global financial crisis (GFC), a number of trends have been worrying investors : aging demographics in both developed and emerging countries, increase of income inequality, decline in productivity growth, lack of investment from the corporate sector, and the slowdown of global trade.

Lire la suite

USD insensitive (so far) to Fed’s possible rate hike

According to UBS’strategists:

« Since our last FX Atlas in early July, market pricing for a December hike has risen from near zero to more than 50%, and US 10-year yields have risen nearly 30bp. Yet neither has been much help to the dollar, which remains locked in an extremely narrow range, and on a trade-weighted basis, is actually a bit weaker during this time. »

Later they write:

« We continue to see the dollar as having peaked on a trade-weighted basis versus DM currencies, the euro in particular. Fair value models indicate that the euro remains cheap, and with the growth gap between the US and Euro area shrinking, we continue to forecast a grind higher to our year-end target of 1.16. »

European equity around fair value, won’t change by end of year – UBS

UBS’s Europe strategists stick to their Stoxx 600 340 points target by year-end and provide a useful table of the underlying fundamentals/valuation factors. The following table illustrates where market would be if you change either 2017 EPS earnings growth and 12month forward P/E ratio. Bottom line: if you are cautious right now, don’t touch European equities.

Lire la suite

UBS on QE and its impact on corporate bond market

From Suki Mann, FI strategist at UBS (bold statements from us):

« Corporate bond market capitulation: Is it coming?

We believe that if the ECB announces any kind of corporate bond buying this week, investors could well embark on a fairly aggressive grabfest ahead of the actual commencement of the programme.

Already bereft of supply, decent yield, spreads unchanged into the macro-headwinds; and, plenty of pent-up demand for paper as cash keeps rolling-in to the asset class, we think that the actual announcement could see a lurch tighter in spreads. That is, QE is not in the current price. Some think it is, we don’t.

How much can spreads tighten? The answer ultimately depends on the modalities of the program (size, duration, mix). »

Lire la suite

Doublement des émissions de convertibles depuis le début de l’année

Source: ThomsonReuters

Source: ThomsonReuters

Depuis le début de l’année, ThomsonReuters recense plus qu’un doublement (+119%) des émissions d’obligations convertibles par rapport à l’an dernier, à 25,4 milliards de dollars. Les plus fortes progressions sont enregistrées en Asie (+278%) et aux Etats-Unis (+150%). Lire la suite

ArcelorMittal n’est pas tendre avec ses minoritaires

Dépréciation d’actifs, augmentation de capital et émission d’obligation convertible… Les actionnaires minoritaires d’ArcelorMittal ont été particulièrement malmenés ces derniers temps par la famille Mittal. Ces annonces pourraient néanmoins être le prélude à une revalorisation du cours de Bourse du sidérurgiste. Lire la suite

2013: perspectives et thèmes pour les marchés actions d’après UBS

 

Les stratégistes actions d’UBS, Nick Nelson, Christopher Ferrarone et Jerry McGuire, ont publié ces derniers jours leurs prévisions et les thèmes d’investissement qui devraient occuper les investisseurs en 2013: leur prévision est celle d’un rendement à deux chiffres pour les actions mondiales (MSCI AC World Index), qui s’appuierait sur une croissance « mid-single digit » des profits (autour de 5%) et sur une légère expansion des multiples de valorisation (P/E 2013e de 11,2x), toujours très en-dessous de leur moyenne historique. Lire la suite

Alcatel-Lucent absorbé par le trou noir du désintérêt boursier

De plus en plus insignifiant. L’équipementier Alcatel-Lucent, qui a depuis plusieurs jours franchi à la baisse la barre symbolique des 2 milliards d’euros de capitalisation boursière, a touché aujourd’hui un plus bas de 0,761 euro l’action, soit 1,77 milliard d’euros de valorisation en Bourse. C’est la lanterne rouge du CAC 40. A ce rythme, on peut se demander si lors de la prochaine révision des indices, Alcatel-Lucent ne risque pas une nouvelle fois de se faire sortir du « prestigieux » indice parisien. Lire la suite

BCE 2.0: moins allemande, plus italienne – UBS

L’approche de la BCE en matière de politique monétaire s’éloigne du modèle allemand (dit de la Bundesbank) pour se rapprocher du modèle italien, ce qui s’est traduit par un rôle plus « proactif » pour aider à sortir de la crise. Pour les économistes d’UBS, ce changement aurait commencé dès 2010 avec la mise en oeuvre du programme de rachat d’obligations souveraines sur le marché secondaire (Securities Markets Program). Lire la suite

Croissance en zone euro et leviers de la politique économique-UBS

La croissance est revenue au coeur des débats entre dirigeants de la zone euro, effaçant un peu l’obsession de l’austérité budgétaire – dont on se rend compte qu’elle coûte de plus en plus chère à la zone euro, sans la tirer des difficultés. Cette note des économistes d’UBS permet de passer en revue les différents leviers traditionnels d’action des pouvoirs publics pour « booster » la croissance. Les grandes approches (demande, offre/réforme du marché du travail, inflation, durée d’implémentation des programmes) sont passées en revue. Cette note (datée du 25 mai) est d’autant plus intéressante qu’elle montre aussi les limites de chacune des visions défendues par les tenants de telle ou telle approche en matière de politique publique. Lire la suite

La reprise américaine, centrale pour les marchés actions-UBS

L’argument peut tomber sous le sens, mais il est vrai que jusqu’ici, on avait plutôt tendance à prêter aux injections massive de liquidités par les banques centrales le premier rôle dans le rallye boursier. Pour les économistes et stratégistes d’UBS, Larry Hatheway et Ramin Nakisa, la solidité de la reprise américaine est sans doute devenu le point focal d’attention des investisseurs et leur guide en matière d’exposition aux actifs risqués. Lire la suite

UBS émet un message de prudence sur les matières premières

Tout comme Goldman Sachs, les experts d’UBS ont récemment émis un message de prudence à l’égard des matières premières au cours du deuxième trimestre.  Lire la suite

Que penser de la hausse des taux longs US

Spectaculaire! Depuis le début de la semaine, le rendement des bons du Trésor à 10 ans a pris près de 30 points de base. Un sursaut provoqué par les commentaires un peu plus positifs de la Fed sur la situation de l’économie américaine. Lire la suite

Après la Grèce, le pétrole (2/3)

A partir de quand le pétrole pénalise-t-il la croissance mondiale ? Quelle stratégie adopter pour un investisseur ? Voilà des questions qui deviennent particulièrement aigües lorsque le baril de pétrole frôle des records historiques. Lire la suite

STMicroelectronics: commentaires de brokers

Comme je l’ai souligné hier, les résultats de STMicroelectronics n’étaient pas très bons. Les commentaires publiés aujourd’hui par de nombreux brokers pointent du doigt les contre-performances de la JV 50-50 ST-Ericsson, qui perd beaucoup d’argent et représente un véritable boulet pour le fabricant de semi-conducteurs. Lire la suite

Aéronautique: UBS préfère le civil à la défense

Les perspectives pour le secteur de l’aéronautique semblent encore favorable, malgré une décélération des indicateurs avancés sur 2012, observent les analystes d’UBS dans une note datée du 29 novembre. La situation pour le secteur de la défense est plus précaire, compte tenu des fortes pressions sur les budgets des Etats. Malgré ces nouvelles un peu moins enthousiastes, UBS estime que le secteur devrait continuer de faire mieux que l’ensemble du marché. Lire la suite

Banques: le grand ménage se poursuivra en 2012-UBS

UBS a publié la semaine dernière une salve d’études sectorielles « globales ». On commence par le domaine d’activité qui préoccupe sans doute le plus les marchés: le secteur bancaire – courroie de transmission de la crise du crédit et de la récession si sa situation financière n’est pas stabilisée. Pour UBS, cette dernière risque encore d’être très fragilisée l’an prochain. A tel point que la banque suisse en voit de hâvre de paix que dans les banques canadiennes (comme en 2008-2009) et (tactiquement) dans les banques japonaises. Lire la suite

Scénario macro d’UBS : expansion modérée dans le monde en 2012, double-dip en Europe

Les économistes d’UBS ont publié le 14 novembre leurs prévisions pour 2012 et 2013 : l’économie mondiale devrait progresser de 3,1% l’an prochain (3,2% cette année) et de 3,4% l’année suivante. Cela n’empêchera pas la zone euro de connaître une récession dans le courant du premier semestre – sans que celle-ci ne déclenche de récession au plan mondial. Le PIB de la zone progresserait de 0,2% (contre 1% précédemment) puis de 1% en 2013. Lire la suite

Allocation d’actifs: 2012 sera-t-elle comme 2011 se demande UBS

Après la saison des résultats et des sommets en tous genres, les analystes, stratégistes, économistes en tous genres phosphorent et nous annoncent le menu de 2012… UBS a publié une série de notes sur lesquelles nous allons revenir au fil des prochains jours. Nous commençons par l’allocation d’actifs globale pour l’an prochain (note du 14/11).  Lire la suite

Dette US: un relèvement du plafond de dette ne suffira pas

Plus la limite du 2 août approche et plus les investisseurs commencent à prendre peur, au vu de l’état de blocage des discussions sur le relèvement du plafond de dette. Pourtant, ce n’est pas le moindre des défis que le législateur américain doit relever. Lire la suite

Sauvetage grec: un « haircut » de 50% rendrait la Grèce plus crédible

Dans son « daily round-up », Paul Donovan, senior economist chez UBS à Londres évoque le plan de sauvetage de la Grèce de manière prudente: un défaut global a été évité (pour le moment), mais pas un défaut partiel. La Grèce devra accepter un « haircut » de 50% pour regagner un minimum de crédibilité (contre 20% estimé par les analystes dans le cadre du plan présenté jeudi soir).

L’ensemble du commentaire est disponible en audio et en ligne à cette adresse.

Perspectives économiques et stratégie d’investissement d’UBS WM

Andreas Höfert, économiste en chef chez UBS Wealth Management, a présenté ce matin en conférence de presse les perspectives économiques et la stratégie d’investissement de la banque privée. Un point de vue que je trouve toujours intéressant à entendre (à lire en l’occurence, je n’ai pu me rendre à la conférence). Lire la suite

UBS moins bullish sur Neopost

UBS  a abaissé son avis sur Neopost de « acheter » à « neutre », en raison d’un moindre potentiel de hausse. La banque revoit son objectif de cours de 66 à 70 euros. L’objectif de cours est établi à partir d’un DCF (WACC de 7,8% et croissance de long terme de 1,5%). D’un point de vue fondamental (business model), UBS donne plutôt le sentiment de rester assez favorable sur le titre. Le déploiement de la nouvelle gamme d’équipements pour salles de courrier et les services qui les accompagnent sont relativement bien accueillis par les clients de la société.

Schneider a encore du potentiel, selon UBS

UBS a relevé son avis sur Schneider Electric de « neutre » à « acheter », avec un objectif de cours revu de 105 à 130 euros. Le nouvel objectif de cours reflète « (i) une croissance des ventes et du bénéfice par action supérieure au consensus; (ii) les mesures de réduction de coûts actuellement en cours; (iii) la faible valorisation du titre », écrite la banque dans une étude. Le titre se traite actuellement sur la base de 12x la prévision 2011 de résultat ajusté, contre 13x pour le secteur. Lire la suite

UBS augmente l’allocation en actions pour débuter 2011

UBS a renforcé de 1 point de pourcentage le poids des actions dans son portefeuille modèle pour commencer l’année 2011 (cf tableau). La part des actions est portée de 47% à 48% (benchmark à 45%), tandis que le poids de l’énergie est ramené de 1,5% à 1%, portant les matières premières de 7% à 6,5%. La part de cash est réduite de 0,5 point à 0,25%. Lire la suite

Sujets brûlants pour les investisseurs

Quels sont les sujets qui préoccupent le plus les investisseurs en ce moment ? Nous avons vu que le débat de fond est celui qui oppose croissance et déflation. L’équipe de stratégie d’UBS en Europe a fait un petit tour de ses clients et a fait la synthèse des sujets les plus brûlants du moment. Ils portent sur la volatilité des marchés financiers, la croissance des bénéfices en 2011, la valorisation des actions en période de croissance molle, l’évolution des marchés en tôle ondulée, la stratégie d’investissement (quelles actions acheter ? Quels pays et quels secteurs privilégier ?), la situation de la dette publique et les tests de résistance.

Voici en 9 points, les réponses de ces experts.

  1. La volatilité devrait reculer si deux événements extrêmes se produisent: la restructuration de la dette grecque, une relative stabilisation des devises et la publication des résultats des tests de résistance.
  2. Le risque d’une chute des profits en 2011 est faible, mais la décélération sera une réalité avec 10% de croissance l’an prochain contre 25% en 2010, selon UBS.
  3. Face au risque de croissance molle, les investisseurs ne trouvent pas les actions suffisamment attrayantes à 13,4 fois le résultat attendu. Ils préfèrent payer un P/E de 12,3. UBS rappelle qu’en période de stress, le P/E des actions européennes est tombé historiquement à 10.
  4. Sur la base de ces prévisions et des différents scénarios de croissance bénéficiaire, le marché (indice FTSE EuroFirst 300) devrait fluctuer entre 875 et 1.250 (contre 1.014 actuellement).
  5. Dans un marché de tôle ondulée, UBS privilégie les valeurs de rendement (un axe également défendu par d’autres courtiers et investisseurs).
  6. L’Allemagne a largement bénéficié de la baisse de l’euro, attirant de nombreux investisseurs. Cette thématique devrait rester porteuse, compte tenu du poids de l’économie allemande, de perspectives de croissance plus solides, et d’une décote élevée des actions européennes par rapport aux actions américaines (16% actuellement contre une moyenne historique de 8%).
  7. Pour UBS, la question de la dette publique en zone euro est importante, mais elle l’est tout autant aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni. Or, à la différence de ces deux pays, l’Europe affiche des taux d’épargne bien plus importants, ce qui conduit à relativiser un peu le problème.
  8. L’exercice de test de résistance pour les banques européennes devrait montrer que celles-ci sont correctement capitalisées. Des tests « rigoureux » sont nécessaires et doivent permettre aux banques de se recapitaliser suffisamment au risque de connaître une croissance décevante au cours des prochaines années.
  9. Malgré ces risques, UBS conseille de privilégier plusieurs secteurs: les banques, les télécoms, la pharmacie et, dans une certaine mesure, le secteur minier.